Le retour de MOBY DICK dans les médias !

Vous avez raté  LE livre de la rentrée, celui dont on sort  émerveillé,  enchanté , et qui vous fera passer l’hiver avec des vagues et des caudales dans les yeux et des clicks  dansles oreilles ? il s’agit du livre ” le retour de Moby Dick ” de François SARANO , bien sur .Et l ‘occasion pour  de nombreux  médias d’interviewer François qui s’est prêté à conter en direct quelques anecdotes  relatives aux cachalots, et plus encore parfois …à écouter, à Podcaster  pour votre plus grand plaisir :

  • Podcast du Vendredi  22 septembre sur Radio France Bleu Drome Ardèche  :

https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-de-france-bleu-drome-ardeche-midi/drome-ardeche/l-invite-de-france-bleu-drome-ardeche-midi-12

http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_17190.xml

  • Podcast du 26 septembre  sue  France Inter  dans  « La tête au carré »

https://www.franceinter.fr/emissions/la-tete-au-carre/la-tete-au-carre-26-septembre-2017

  • Podcast du 26 septembre  sur  RFI  dans l’émission « autour de la question »

http://www.rfi.fr/emission/20170926-nous-disent-cachalots

  • Podcast du  27 septembre sur  RTL dans  « la curiosité est un vilain défaut »  :

http://www.rtl.fr/culture/medias-people/cachalots-et-tele-realite-dans-la-curiosite-7790250046

 

 

 

«Que nous disent les cachalots?»  plonger au plus profond des océans, à la rencontre d’êtres extraordinaires : les cachalots. Animaux mythiques, et pourtant moins médiatisés que leurs cousines les baleines. Les cachalots vivent en groupes, dans des structures sociales très élaborées, ils possèdent un langage sonore sophistiqué, une intelligence exceptionnelle, et entretiennent des relations avec les hommes qui les approchent. Longtemps chassés, et encore aujourd’hui menacés, les cachalots nous enseignent beaucoup de choses sur les océans et les hommes. C’est cette aventure que va  raconter François Sarano, océanographe et plongeur, ancien conseiller scientifique du Commandant Cousteau. Son ouvrage, Le retour de Moby Dick ou ce que les cachalots nous enseignent sur les océans et les hommes est paru  chez Actes Sud,  et dans notre boutique  sur le site L181 !

Cet article MOBY DICK dans les médias ! est apparu en premier sur Longitude 181.

Programme Terre & Océans : Et si on en finissait avec le plastique?

Programme Terre & Océans : Et si on en finissait avec le plastique?

Le plastique est partout dans notre quotidien. Un exemple parmi tant d’autres: les bouteilles en plastique. La France est dans le top 5 des plus gros consommateurs de bouteilles en plastique alors que la grande majorité des français a accès à une eau potable du robinet de bonne qualité.

Environ 25 millions de litres d’eau en bouteilles plastiques sont consommées chaque jour en France. Ce chiffre semble d’autant plus aberrant quand on sait que l’eau du robinet est potable et bonne pour 96 % des français! Selon plusieurs tests en aveugle, elle a même meilleure goût que les eaux en bouteille. Et si vous avez un doute, l’UFC Que Choisir a mis en ligne une carte interactive de la qualité de l’eau pour connaître celle de votre commune.

Seule la moitié de ces bouteilles en plastique sera recyclée, le reste finira enfoui, incinéré ou dans les océans (voir infographie ci-dessous). Il est donc grand temps de bannir autant que possible le plastique à usage unique de notre quotidien, que cela soit les bouteilles, les pailles, les sacs, etc. Par exemple,  San Francisco a déjà interdit la vente de bouteille d’eau en plastique sur la place publique et Seattle va interdire l’usage des pailles en plastique d’ici 2018! Des initiatives émergent un peu partout et la plus grosse pétition sur le sujet intitulée #iBanPlastic a récemment vu le jour et il est possible de la signer sur ce lien: http://ibanplastic.com/

Ce chiffre ressort également souvent: 80% du plastique présent dans l’océan (sous forme de microplastiques) proviendrait de nos rivières. Afin de mieux comprendre ce phénomène, l’association la Pagaie Sauvage a lancé un laboratoire citoyen qui vous permet, grâce à un protocole simple, de réaliser vous-même des prélèvements et de leur envoyer. Ils analysent ensuite le contenu afin de voir la quantité et le type de microplastiques présents dans l’échantillon. L’objectif est ainsi de concevoir des protocoles scientifiques, de récolter et d’analyser des données dans le but de mieux comprendre les sources, les quantités de microplastique présent dans nos cours d’eau. Vous trouverez toutes les informations sur ce lien. 

Il faut donc lutter à la source et stopper notre appétit pour le plastique ! Pour les déchets malheureusement déjà présents dans la nature, n’hésitons pas à les récupérer. Vous pouvez aussi trouver notre filet de récupération de déchets (en partenariat avec “un Océan de vie”) dans notre boutique, pratique lors de vos plongées.

Cet article Programme Terre & Océans : Et si on en finissait avec le plastique? est apparu en premier sur Longitude 181.

la Voix de l’Océan à la conférence EEA 2017 sur les requins

L181 porte la Voix de l’Océan à la conférence européenne sur les requins, EEA 2017
L181 porte la Voix de l’Océan à la conférence européenne sur les requins, EEA 2017

Dans le cadre de son programme Requins de Méditerranée, Longitude 181 a participé à l’EEA 2017, conférence européenne sur les requins, à double titre :

  • Présentation de la première étude globale de la distribution des requins bleus sur les côtes algériennes, étude réalisée dans le cadre du programme.
  • Participation à la table ronde « Requins de Méditerranée » où elle a fait adopter l’une des 4 priorités qui seront portées à la CGPM, Commission internationale chargée de promouvoir la pêche durable en Méditerranée. Les participants de cette table ronde se sont constitués en groupe de travail sur les requins de Méditerranée. Pour Longitude 181, c’est un beau levier pour une action concertée à l’échelon de la Méditerranée.

 

 

 

« The science you need for the policy you want », tel était le thème de la conférence EEA2017* qui a réuni, du 12 au 14 oct, chercheurs spécialistes des requins et ONG qui cherchent à les protéger, dont Longitude 181.

 

*EEA = European Elasmobranch Association

 

De gauche à droite sur la photo : François Sarano, Hamza Mendil et Marie Abel.

L’Algérie, zone d’accouplement pour le peau bleue ?

L’Algérie, zone d’accouplement pour le peau bleue ?

Hamza Mendil (qui fait une thèse sur les requins des côtes algériennes, avec F. Sarano comme co-directeur de thèse) a présenté la première grande étude qui ait été faite sur les requins bleus du sud de la Méditerranée.

Cette analyse s’appuie sur les observations collectées dans le cadre de GREBA, partie algérienne du programme de Longitude 181. Elle  montre que les côtes algériennes pourraient être une zone d’accouplement pour le requin bleu.

Cette étude, dont le résultat doit être confirmé, est essentielle pour définir des mesures de protection dans la partie sud de la Méditerranée où l’on manque cruellement d’informations. Elle est d’autant plus essentielle que l’avenir du requin bleu s’est brutalement assombri : en 2016, son statut IUCN est passé de « Vulnérable » à « En danger critique d’extinction »…

Dialoguer avec les pêcheurs et trouver les budgets pour cette coopération à long terme

ONG et scientifiques se sont retrouvés autour de la table ronde « Requins de Méditerranée », organisée pour la première fois dans le cadre de cette conférence annuelle. Objectif : définir ensemble des priorités qui seront portées à la prochaine réunion de la CGPM (Commission Générale des pêches de Méditerranée) .

Dialoguer avec les pêcheurs et trouver les budgets pour cette coopération à long terme

Longitude 181 a fait adopter l’une des 4 priorités retenues : nécessité d’une information/sensibilisation des pêcheurs, à l’aide d’outils de communication illustrés, mais aussi, urgence d’allouer des budgets conséquents pour réaliser ce travail à long terme et aider les pêcheurs à changer leurs pratiques.

Lors des débats, les représentants de plusieurs pays méditerranéens (Malte, Grèce, Israël, Italie et Algérie) ont confirmé l’importance de ce travail de terrain, souvent négligé par les instances internationales. Les pêcheurs, surtout sur la rive sud de la Méditerranée, sont sensibles à notre discours et ouverts à un changement, mais ils n’ont en général pas les moyens financiers de le faire.

EEA = European Elasmobranch Association

La participation à cette conférence est à la fois une reconnaissance du travail effectué par le GREBA et par Longitude 181, et un formidable point d’élargissement du programme Requins de Méditerranée.

Un groupe de travail “EEA – requins de Méditerranée” a été constitué. Il réunira Longitude 181 avec les autres ONG (méditerranéennes + européennes) et les scientifiques présents. Il permettra de mutualiser les efforts, que ce soit dans les mesures à faire adopter par les instances internationales, ou dans le travail de terrain et la diffusion des outils de communication (par exemple, traduction en Grec du poster de sensibilisation “Les Requins de Méditerranée à Protéger” et des fiches d’identification créés par Longitude 181), ce qui permettra de sensibiliser concrètement les acteurs.

*EEA = European Elasmobranch Association

Cet article L181 porte la Voix de l’Océan à la conférence européenne sur les requins, EEA 2017 est apparu en premier sur Longitude 181.

Le requin taupe : une espèce très rare à protéger !

Programme Requins-Méditerranée ->Le requin taupe : une espèce très rare à protéger !
Le requin taupe et le grand requin blanc, même famille !

Repartons à la découverte des requins à protéger en Méditerranée dans le cadre de notre Programme Requin Blanc Méditerranée.

Cette semaine nous vous présentons un requin qui est très rare et malheureusement en danger critique d’extinction !

Le requin taupe et le grand requin blanc, même famille !

Le requin taupe commun, Lamna nasus en latin, appartient à la famille des Lamnidés (où l’on retrouve également le grand requin blanc et le requin mako). Avec un dos gris/bleu foncé et un ventre blanc, c’est un requin avec un museau court et pointu ainsi que de grandes fentes branchiales.

La taille de reproduction moyenne des mâles est de 2 mètres et de 2 mètres 40 pour les femelles. L’individu le plus grand observé atteignait tout de même les 3 mètres 50 !

Le requin taupe, en danger critique d’extinction !

C’est une espèce littorale et épipélagique (0 à 370 mètres) que l’on retrouve dans les eaux froides et les eaux tempérées du globe (1 à 18°C). Elle se nourrit principalement de poissons plus petits qu’elles ainsi que des céphalopodes.

Le requin taupe, en danger critique d’extinction !

C’est une espèce pêchée pour sa chair, ses ailerons et son huile, notamment en en France (Bretagne).

Avec une faible capacité de reproduction et une valeur marchande élevée, le requin taupe est une espèce très vulnérable à la sur-exploitation et à la diminution des populations.

L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN) a classé l’espèce en danger critique d’extinction en Méditerranée et Atlantique Nord Est . Globalement, en considérant l’ensemble des populations, l’espèce est classée comme vulnérable.

A savoir que, pour le moment, aucune action concrète n’a été mise en place pour faire face à sa disparition progressive.

Cet article Programme Requins-Méditerranée ->Le requin taupe : une espèce très rare à protéger ! est apparu en premier sur Longitude 181.

Campagne cachalots de Longitude 181, aussi chez Kanuméra

Campagne cachalots de Longitude 181, c’est aussi chez Kanuméra !
Campagne cachalots de Longitude 181, c’est aussi chez Kanuméra !

craquez pour une autre façon de nous soutenirNotre fidèle partenaire Kanuméra, met en ligne dés à présent sur son site, quelques modèles siglés du logo de Longitude 181 avec l’emblème du cachalot. Chaque vente génère un don de la marque sur notre programme Cachalots !

N’hésitez pas, craquez pour une autre façon de nous soutenir, joignez l’utile à l’agréable en suivant ce lien : kanumera soutient la campagne cachalots

Noël n’est pas loin : faites plaisir et faites-vous plaisir!

Cet article Campagne cachalots de Longitude 181, c’est aussi chez Kanuméra ! est apparu en premier sur Longitude 181.

Assainissement non collectif: une majorité inefficaces

Assainissement non collectif: une majorité d’installations inefficaces
Assainissement non collectif: une majorité inefficaces

Les conclusions d’une étude inédite portant sur le suivi des installations d’assainissement non collectif (ANC) en France ont récemment été publiées. L’efficacité de traitement de l’eau usée et la fiabilité des dispositifs sont loin d’être satisfaisants dans une grande majorité des cas…

Depuis 2009, une nouvelle réglementation a permis la mise sur le marché de nouveaux dispositifs d’ANC. Entre 2011 et 2016,  Irstea (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture) et le Groupe National Public ont donc mené une étude en conditions réelles de fonctionnement chez le particulier afin d’évaluer les performances de ces installations.

L’étude s’appuie sur 75.000 données recueillies pendant 5 ans, auprès de 246 particuliers volontaires, après 1448 visites dans 22 départements français. Les résultats de cette étude montrent que seuls 5 dispositifs d’ANC sur 21 étudiés sont satisfaisants quant aux seuils de référence “qualité de l’eau”. En intégrant également le critère “fréquence d’entretien”, seuls 3 dispositifs sont satisfaisants.

Ces résultats alarmants sont loin d’être anecdotiques puisque 12 à 15 millions de Français (15-20% de la population) ne sont pas raccordés à un réseau d’assainissement collectif et ont donc obligation de s’équiper d’une installation ANC. Cela représente environ 5 millions d’installations (pour un coût moyen en 2017 d’environ 9000€).

Les conclusions d’une étude inédite

Une synthèse de cette étude, mise en ligne sur le site public d’Irstea, est accessible à tous acteurs et toute personne intéressée par l’ANC sur ce lien  (l’étude complète est également disponible ici).

 

Que vous soyez en bord de mer ou non, les eaux usées rejetées sans traitement (ou avec un traitement incomplet) impactent négativement tous les milieux aquatiques. Si vous êtes concernés, n’hésitez pas à vous renseigner avant de choisir un dispositif ANC ! Si vous êtes raccordés à un réseau d’assainissement collectif, n’oubliez pas que tout ce qui est évacué par nos réseaux ne disparaît pas et qu’il est important de ne pas jeter n’importe quoi (lingettes, produits toxiques, médicaments, etc.) pour un bon fonctionnement des stations d’épuration et une eau rejetée de bonne qualité. 

Cet article Assainissement non collectif: une majorité d’installations inefficaces est apparu en premier sur Longitude 181.

Nage commerciale avec les cétacés – Notre position

Le Comité Scientifique et Ethique (CSE) de Longitude 181 a été consulté au sujet de la pétition lancée par Nature environnement visant à interdire la nage commerciale avec les cétacés.

Vous trouverez ci-après  son rapport et les conclusions  soutenus par le conseil d’administration et le bureau de Longitude 181 .

Rapport CSE  OCTOBRE 2017 – Nage avec les cétacés

Cet article Nage commerciale avec les cétacés – Notre position est apparu en premier sur Longitude 181.

Méditerranée : le déclin de ses ressources s’accélère !

Méditerranée : le déclin de ses ressources s’accélère !
la Méditerranée produit près de 20% de la production marine et fait vivre 150 millions d’individus

A l’occasion de la conférence  “Our Ocean, an ocean for life, qui a eu lieu à Malte les 5 et 6 octobre derniers, le WWF a sorti un rapport alarmant sur l’état des richesses de la Méditerranée.

Représentant seulement 1% de la surface océanique mondiale, la Méditerranée produit près de 20% de la production marine et fait vivre 150 millions d’individus.

Co-réalisé par le WWF et le Boston Group Consulting, ce rapport estime la valeur globale du patrimoine de la Méditerranée à plus de 5,6 millions de millions de dollars US. Cette donnée inclut l’exploitation d’actifs naturels dont les littoraux productifs, les pêcheries et les herbiers marins.

Ainsi, si l’on compare cette donnée au PIB (Produit Intérieur Brut) de pays présents dans la région, le WWF révèle que l’économie de la Méditerranée se place au 5ème rang.

exploitation non durable mais aussi de l’accélération de la consommation de ces ressources

Accélération dramatique de l’exploitation non durable des ressources de la Méditerranée

Néanmoins, ce rapport précise également que ces ressources sont en danger à cause, d’une exploitation non durable mais aussi de l’accélération de la consommation de ces ressources. Ce rapport se focalise sur les secteurs du tourisme et des pêches.

Ainsi, c’est plus de 90% de l’économie de la Méditerranée qui serait liée au tourisme. Or, on sait aussi que le tourisme de masse actuel est un facteur non négligeable de la dégradation des milieux côtiers et marins.

Concernant la pêche dans cette partie du globe, elle serait à l’origine directe de plus de 180 000 emplois, pour une valeur globale estimée à 3 milliards de dollars.

6 priorités sont ainsi fixées dans ce rapport, avec pour objectif une gestion durable des ressources de la Méditerranée :

  1. Mettre en œuvre une gestion et une planification maritime cohérentes et axées sur les écosystèmes
  2. Mettre en place une économie bleue durable
  3. Parvenir à une économie respectueuse du climat et neutre en carbone
  4. Débloquer le potentiel productif du patrimoine naturel à travers des financements publics et privés
  5. Réduire l’empreinte du tourisme de masse et rechercher des modèles de tourisme plus durables
  6. Soutenir une pêche durable

 

Cet article Méditerranée : le déclin de ses ressources s’accélère ! est apparu en premier sur Longitude 181.

Quand les François ont la même opinion à propos des Océans…

Quand les François ont la même opinion à propos des Océans…
Le pape François rejoint  LONGITUDE 181  dans l’analyse de la situation des Océans !

Le pape François rejoint  LONGITUDE 181  dans l’analyse de la situation des Océans !

A l’instar de notre François (SARANO), qui prêche depuis longtemps à longueur de conférences, de livres et de films, la cause des Océans, le pape François a adressé une lettre, à l’occasion de la IVème conférence « Notre océan. Un océan pour la vie », qui s’est déroulée à Malte les 5 et 6 octobre.

La sauvegarde de la maison commune

Voici un extrait tiré de l’article publié  sur le site de radio Vatican qui explicite le souci commun de nos 2 François :

“Les océans sont l’héritage commun de la famille humaine, écrit le Pape. Le soin de cet héritage ne peut pas nous faire ignorer la dégradation des océans, avec le plastique et le micro-plastique qui entrent dans la chaîne alimentaire, en causant de graves conséquences sur la santé de la vie marine et de l’homme. En reprenant son encyclique Laudato Si’  {« Sur la sauvegarde de la maison commune », 2015}, le Pape François affirme que nous ne pouvons pas rester indifférents à la disparition des barrières de corail, « transformées en un cimetière sous-marin privé de couleur et de vie ».
Le Pape rappelle comment dans la nature tout est interconnecté

Dans la nature, tout est interconnecté

Le Pape rappelle comment dans la nature tout est interconnecté, et que les océans peuvent devenir une « ressource fondamentale dans la lutte contre la pauvreté et contre le changement climatique », deux phénomènes étroitement liés entre eux. Il rappelle donc la négligence de l’homme qui se sert des océans pour le rejet de produits toxiques, et utilise des moyens sophistiqués pour les extractions minières dans les fonds marins.

Les océans, conclut-il dans son message, nous rappellent la nécessité d’éduquer à la communion entre l’humanité et l’environnement, de former les jeunes afin qu’ils prennent soin des océans, mais aussi de les aider à grandir dans la connaissance et la contemplation de leur grandeur.”

Cet article Quand les François ont la même opinion à propos des Océans… est apparu en premier sur Longitude 181.

Appel pour l’interdiction des concours de chasse sous‐marine

Destruction de « patrimoine commun » !

Un concours à qui tuera le plus de poissons ! Vous n’y croyez pas ? Nous non plus, et pourtant…

La  FNPSA  (Fédération  Nationale  de  Pêche  Sportive  en  Apnée)  a  organisé,  ces  6  et  7  octobre,  un  concours de chasse sous-­‐marine dans la zone comprise entre le port de la Galère et la Vaquette (entre Théoule et Miramar), sur la zone des Basses de la Fourmigue. Une quarantaine d’équipes de 2 chasseurs étaient réunies.

Ces  chasseurs  sont  des  champions  d’apnée,  et,  si  le  prélèvement  d’un  chasseur  peut  être  accepté,  celui d’un bataillon de chasseurs, dont le seul but est de tuer le maximum de poissons… est totalement inacceptable ! En quelques heures, ces « champions » ravagent toute une zone, tuant les plus gros poissons – les plus gros reproducteurs. Ont-­‐ils la moindre idée de l’impact de leur chasse ? De l’impact du prélèvement d’une cinquantaine de murènes ? S’en soucient-­‐ils ?
Pas une seconde : je suis venu, j’ai vu, j’ai tout détruit… et tout cela uniquement pour jouer !

En  quelques  heures,  un  carnage.  La  zone  bouleversée  mettra  des  années  à  retrouver  son  équilibre  écologique, à condition qu’on ne fasse plus de prélèvements – ce qui ne sera pas le cas !…

Comment peut-­‐on, aujourd’hui encore, jouer à tuer ?

Comment peut-­‐on organiser un concours du « plus grand tueur » ? Si les champions d’apnée veulent se mesurer, qu’ils tirent sur cible !

Qu’un  chasseur  sous-­‐marin  pêche  le  poisson  de  son  repas,  rien  à  dire.  Mais  qu’une  fédération  de  40.000 licenciés s’enorgueillisse d’organiser un massacre, c’est inadmissible.
Et cela doit changer !

A qui appartient le poisson de la mer ?

Il ne s’agit plus de chasse sous-­‐marine, mais de concours de « destruction de bien commun »! Car les poissons appartiennent à tous les citoyens : qu’en pensent les milliers d’autres usagers de la mer  qui  n’ont  pas  été  consultés  ?  De  quel  droit,  quelques  chasseurs  peuvent-­‐ils  ravager  des  zones  fréquentées toute l’année par des milliers de visiteurs sous-­‐marins ?

Nous, les « non-­‐chasseurs », sommes-­‐nous des citoyens de 2ème catégorie ?Le  poisson  appartiendrait-­‐il  plus  aux  chasseurs  qu’aux  plongeurs  contemplatifs  ou  photographes ?  Appartient–il de droit à ceux qui le massacrent ? Faut-­‐il tuer pour s’approprier le poisson que d’autres  ont  décidé  d’offrir  aux  générations  futures ?  Pourquoi,  nous  qui  voulons  laisser  vivre,  n’avons-­‐nous pas les mêmes droits que ceux qui tuent ?

Faut-­‐il que nous organisions un concours de « laisser vivre » pour nous attribuer définitivement les poissons,  comme  ces  90  tueurs  l’ont  fait ?  Privant  ainsi  des  dizaines  de  milliers  de  personnes,  d’aujourd’hui et de demain, de la jouissance de ces poissons vivants.
C’en est trop !

Nous, Longitude 181, lançons une pétition nationale pour que ce genre de massacre d’un autre âge, scandaleux et grotesque, ne se reproduise plus jamais.

Le texte qui précède et la pétition papier sont ici :

« Pour l’interdiction définitive des concours de chasse sous‐marine ! »

FAITES SIGNER LARGEMENT !

Cet article Appel pour l’interdiction définitive des concours de chasse sous‐marine ! est apparu en premier sur Longitude 181.

dolor. consectetur risus dictum Curabitur ipsum mi, fringilla et, facilisis