Des collégiens ardéchois et savoyards ont entendu « la Voix de l’Océan »…

Des collégiens ardéchois et savoyards  ont entendu « la Voix de l’Océan »…

Juin 2018: deux événements, (Conférence en collège  et Olympiades en piscine ),  où sont intervenus les memebres du groupe Education de LONGITUDE 181  ont permis de sensibiliser des collégiens  à notre patrimoine marin. Les générations futures en sont les acteurs et les gardiens …

Début juin, au collège Notre-Dame de Tournon-sur-Rhône, en Ardèche, les élèves de Sixième ont participé à une conférence de Patrice Bureau, sur les interactions entre les espèces dans les massifs coralliens, leur richesse et les causes de leur blanchissement. Ceux de quatrième, quant à eux, ont été sensibilisés aux conséquences des activités humaines sur l’océan. Ces sujets choisis sont en lien avec leur programme de sciences de la vie et de la terre (SVT).

Ils ont assisté ensuite à la présentation de Longitude 181 et de ses programmes. Ceux-ci ont suscité de nombreuses questions d’élèves, parfois très surpris des nouvelles notions exposées et témoignant de l’intérêt de la part des jeunes collégiens pour notre patrimoine marin.

Ces 250 adolescents ont ensuite visionné le film « Océans » qui leur a été commenté en cours de SVT. Un retour plus que positif puisque 98% des élèves ont trouvé l’intervention dynamique, avec des supports ludiques, variés, et surtout trop courte (2 heures) !  Tous ont souhaité encourager Longitude à poursuivre ses actions dans les établissements scolaires afin de « casser les idées reçues », notamment sur les requins.

Le 16 juin, avaient lieu les « Olympiades », à la piscine de Publier, en Haute Savoie. Benjamin Bernard a accueilli des jeunes âgés de 10 à 15 ans sur le stand Longitude 181. En plus d’une présentation de l’association, des vidéos sur les requins, la communication des cachalots et la vie poissonneuse dans une gravière leur ont été projetées et commentées.

Un quizz sur la faune de nos lacs, fleuves et rivières a permis à chaque enfant de découvrir ou redécouvrir la richesse de notre patrimoine aquatique et de l’intérêt de le protéger.

Un zoom a été fait sur les espèces menacées, en voie d’extinction mais aussi sur les bio-indicateurs, porteurs de la bonne qualité des eaux.

Une intervention qui a marqué les jeunes esprits, nombreux à demander des explications complémentaires.

 

 

Rejoignez LONGITUDE 181, Porteur de la voix de L’Océan !

Cet article Des collégiens ardéchois et savoyards ont entendu « la Voix de l’Océan »… est apparu en premier sur Longitude 181.

Groupe Education L181 : 400 jeunes sensibilisés en Juin !

Groupe Education L181 : 400  jeunes sensibilisés en Juin  !

Dans le cadre du programme ” Sensibiliser pour Protéger” , le groupe ” Education” constitué par Isabelle MORVAN et Hélène CASTILLO se développe et enregistre de nombreux succès. Au total, au mois de juin, la campagne de sensibilisation lancée pour préserver notre patrimoine marin a touché près de 400 jeunes, au travers de diverses interventions !  Des actions de terrain concrètes découvrir dans nos articles ….

Un premier exemple  : Le 18 juin, des jeunes du lycée Jean Aicard de Hyères ont organisé des ateliers de sensibilisation pour des collégiens, sur la plage de l’Almanarre.Audrey Dubern, du centre ambassadeur « Blue Addiction » était présente et a proposé, entre autre, des séances de snorkeling.

Elle a également représenté Longitude 181 et informé le jeune public.  L’action phare de cette journée était le ramassage des déchets sur la plage avec les sacs filets LONGITUDE 181. Une action très concrète pour les jeunes qui ont pu appréhender la pollution des côtes.

La présence de Longitude 181 a permis à ces-derniers de réaliser la présence des requins en Méditerranée, de comprendre leur vulnérabilité, et de découvrir la charte du petit plongeur responsable avec les bons comportements à adopter dans l’eau face à la faune et la flore. Bien qu’habitant tous proche du littoral, beaucoup de ces collégiens n’avaient que très peu de connaissance de leur environnement.Cette intervention leur a permis d’ouvrir les yeux sur un bien commun à préserver, en se rendant compte de l’impact de leurs faits et gestes au quotidien.

Un deuxième exemple : Les 16 et 17 juin, les élèves de l’association sportive du lycée Montplaisir à Valence ont fait leur première plongée en mer à St Cyr Les Lecques, aboutissement d’une année de préparation avec leur professeur d’Education Physique et Sportive, Olivier Sénéchal.

Le dimanche, Hélène Touzet (Antenne PACA)  a présenté Longitude, comment nous suivre sur les réseaux sociaux, le guide de palanquée, la charte du plongeur responsable, exposé la fragilité des populations de mérous et des corbs. Une véritable prise de conscience pour ces jeunes, sur la diminution et la disparition précoce de plusieurs espèces, dues au contexte local et une bonne introduction sur l’intérêt des aires marines protégées.

En amont de ce week-end, François Sarano avait donné une conférence sur « les relations entre le milieu marin et l’homme », chargée en émotion.

 

Bravo et Merci à  toutes celles et tous ceux qui sont allés porter « la Voix de l’Océan »  à nos jeunes, leur faisant prendre conscience de l’importance du respect et de la bienveillance que chacun doit avoir envers la nature et l’homme.

Rejoignez LONGITUDE 181, Porteur de la voix de L’Océan !

Cet article Groupe Education L181 : 400 jeunes sensibilisés en Juin ! est apparu en premier sur Longitude 181.

Une victoire pour le Collectif Le Peuple des Dunes en Tregor !

Une victoire pour le Collectif  Le Peuple des Dunes en Tregor !

Après 8 ans de combats et de revirements, le 20 juin dernier, la déclaration du chef de l’État a enfin enterré le projet d’extraction de sable coquillier de la CAN (Cie Armoricaine de Navigation), au large de Trébeurden et Locquirec. Ce projet était combattu par le Collectif du Peuple des Dunes en Trégor que LONGITUDE 181 a rejoint dès ses débuts.

Longitude 181 est heureuse d’annoncer cette belle issue à un combat de longue haleine, mené avec détermination par Alain BIDAL, Président du Collectif Le Peuple des Dunes en Trégor.

Le président de la République met fin à l’extraction de sable marin

Voici le mot adressé par Alain BIDAL, que nous saluons ici pour son opiniâtreté, à tous ceux qui ont œuvré pour la préservation du milieu marin  :

“Les conditions de l’extraction de sable en baie de Lannion ne sont pas réunies, des négociations sont en cours pour la sortie de ce dossier”. Par ces mots, le Président de la République vient de mettre ce jour (20 juin), lors de sa visite de deux jours en Bretagne, un terme définitif à ce dossier qui a débuté par l’enquête publique du 25.10 au 25.11.2010, soit presque 8 ans de combat.

Une belle et grande victoire !

C’est une belle et grande victoire, un grand soulagement pour tous les Trégorois et un signal pour les industriels !

Nous avons démontré, point par point, que le dossier d’enquête publique était bâclé, comportant des omissions, des manquements, des erreurs, des insuffisances… Bref, rien de bon ! Un fonctionnaire m’avait dit “Vous savez, ce dossier, il y a 10 ans, serait passé comme une lettre  à la poste”. Ceci démontre que le dossier d’enquête publique n’était pas un accident mais bien un système.

Ce projet était dangereux pour l’environnement, la biodiversité, les emplois locaux, et pour tous les utilisateurs de la baie de Lannion.

Merci de votre aide, de votre soutien et de votre mobilisation tout au long de ces 8 ans de combat !

Alain Bidal
Président du Collectif Le Peuple des Dunes en Trégor

L’ACTION COLLECTIVE PAYE !

La société civile peut renverser ce qui semble impossible à défaire : ensemble nous sommes plus forts !

 

Rejoignez LONGITUDE 181, Porteur de la voix de L’Océan !

Cet article Une victoire pour le Collectif Le Peuple des Dunes en Tregor ! est apparu en premier sur Longitude 181.

Programme cachalots : 2 premières publications scientifiques

Programme cachalots : 2 premières publications scientifiques

Les 2 premières publications scientifiques du programme Cachalots ont été présentées, début juin, au colloque International Workshop DCLDE de Paris. Longitude 181 est co-auteur, avec les laboratoires de bio-acoustique et étho-acoustique, de ces publications qui assoient, sur des bases scientifiques, les premiers résultats des missions d’observation réalisées sous l’égide de la MMCO.

Ces publications, basées sur les enregistrements sonores des cachalots de l’île Maurice, confirment l’utilisation d’un « langage » propre au clan que nous suivons, avec des séquences (ou codas) de 8 clics qui seraient une caractéristique culturelle du clan. Elles montrent, d’autre part, que l’on peut maintenant attribuer ces clics à chacun des individu dans un groupe filmé, ce qui est à la fois une grande première, et une étape fondamentale vers la détermination de “signatures sonores” individuelles, c’est-à-dire vers la reconnaissance vocale de chaque cachalot grâce à ses clics !

Ces résultats sont un grand pas en avant pour le suivi de l’évolution de la population de l’île Maurice  (augmentation ou diminution ?) et donc le suivi de son état de santé, but du programme Cachalots mené par Longitude 181, sous l’égide de l’association MMCO.

Longitude 181 au 8th International DCLDE Workshop

Du 4 au 8 juin, se déroulait à Paris l’International Workshop on Detection, Classification, Localization and Density Estimation of Marine Mammals using Passive Acoustics (DCLDE). Ce rendez-vous bi-annuel rassemble les chercheurs spécialisés en bio-acoustique qui s’intéressent aux mammifères marins.

Les équipes de Olivier Adam (Institut d’Alembert, Université de la Sorbonne) et de Hervé Glotin (Laboratoire des Sciences de l’Information et des Systèmes, Toulon) ont présenté des communications qui correspondent aux volets bio-acoustique et étho-acoustique du programme « Cachalots de l’île Maurice ».

Les 2 premières publications scientifiques

Longitude 181 a co-signé avec ses partenaires scientifiques les deux publications suivantes issues des observations qu’elle mène sur les cachalots de l’île Maurice, avec les associations MMCO et Un Océan de Vie.

Preliminary etho-acoustic study of sperm whales (Physeter macrocephalus) codas :

L’étude s’appuie sur les données inédites du prototype d’enregistreur ultra-haute définition Jason, couplées avec les vidéos réalisées par l’équipe. Elle apporte des éléments scientifiques qui étayent nos premières conclusions quant à l’existence d’une culture propre au clan d’Irène gueule tordue. Le clan utiliserait un « langage », basé sur des séries de 8 clics (ou codas), qui serait transmis au sein du clan que nous suivons depuis 2011. Ces expressions sonores sont principalement émises lors de relations socio-sexuelles entre les femelles adultes.

– Sperm whales ultra high frequency near field multichannel analysis :

La publication montre que l’on est maintenant capable de déterminer lequel des cachalots s’exprime, dans les groupes de cachalots filmés et enregistrés que nous rencontrons. On peut donc associer un cachalot avec les clics qu’il émet. C’est une étape essentielle vers la caractérisation des clics de chaque cachalot, autrement dit vers l’établissement de « signatures individuelles » ou cartes d’identité sonores, tout comme nous avons fait les cartes d’identité visuelles des cachalots.

 

Rejoignez LONGITUDE 181, Porteur de la voix de L’Océan !

Cet article Programme cachalots : 2 premières publications scientifiques ! est apparu en premier sur Longitude 181.

Longitude 181 à Marseille : une rencontre sous-marine…

Longitude 181 à Marseille : une rencontre sous-marine…

Longitude 181 à Marseille : une rencontre sous-marine exceptionnelle !

C’est à Marseille, les 24 et 25 Juin, que les membres du conseil d’administration de Longitude se sont réunis avec plusieurs membres actifs pour quelques plongées conviviales, illustrées par une “rencontre sauvage “,  rare et  chère à François SARANO et à tous ceux présents : un siphonophore !

Késako ?

siphonophoreLa rencontre dans une eau à 16°, c’est un siphonophore entier d’environ 3 m de long  : il semblerait que les plus longs puissent faire 40 mètres.

Seules 6 rencontres ont été répertoriées ces quinze dernières années  (Méditerranée et Atlantique). Observation rare parmi 190 000 observations d’espèces faites par les plongeurs dans BioObs.

Un cousin des méduses

Le siphonophore est un animal colonial, cousin des méduses et proche parent de la Physalie. Il est composé d’une série d’individus connectés entre eux par un axe central. Chacun joue un rôle particulier et ne peut vivre séparément. Sur la photo, on reconnaît une série de clochettes transparentes (partie haute) surmontée par une gouttelette d’huile qui sert de flotteur. Le reste sont des polypes nourriciers, pourvus de tentacules, qui détectent et capturent les animalcules du plancton, des polypes reproducteurs et des polypes protecteurs.

Enregistré dans BioObs

L’univers sous-marin que LONGITUDE 181 protège  nous a offert une belle rencontre surprise, doublée de sciences participatives, puisque ce siphonophore, identifié comme :

Apolemia uvaria ( Lesueur, 1815 ) — selon DORIS, 02/11/2017 : http://doris.ffessm.fr/ref/specie/730

a fait l’objet de photos qui sont venues alimenter BioObs, ainsi que la base de données de l’INPN et du Muséum d’Histoire Naturelle  !

Le siphonophore en déplacement…

Cet article Longitude 181 à Marseille : une rencontre sous-marine exceptionnelle ! est apparu en premier sur Longitude 181.

Prochaine conférence L181 au bord du Lac d’Annecy !

Prochaine conférence L181 au bord du Lac d’Annecy !
Prochaine conférence L181 le 26 Juillet au bord du Lac d’Annecy !

C’est à Sevrier, petite commune des bords du Lac d’Annecy, le 26 Juillet, que Patrice Bureau, Président de L181, animera une conférence inédite à partir de 20 h, salle du Parmelan.

REQUINS, RAIES, CACHALOTS…DU DESESPOIR AU REVE…

 

L’association mène des actions de sensibilisation auprès du grand public pour la préservation de ce patrimoine commun qu’est l’Océan au travers d’animaux marins emblématiques : requins, raies, et cachalots. Par ces Rencontres Sauvages, Longitude 181 prouve que les peurs sont le fruits de la méconnaissance et que celle-ci est le pire pour l’humanité.

La connaissance versus Longitude 181, c’est aller à la rencontre de l’autre, à la rencontre de ce Peuple de l’Océan. Loin de nous agresser, comme nous le faisons nous même, celui-ci nous accueille dés lors qu’on le respecte, qu’on vient le voir en visiteur humble et bienveillant.

Scientifiques, naturalistes, mais surtout …plongeurs, les membres de L181 seront là pour témoigner et tordre le coup définitivement à toutes vos idées reçues et vos peurs du grand bleu et de ses fantastiques habitants.

Longitude 181 c’est La Voix de l’Océan….venez l’entendre et la ressentir lors d’une conférence / projection inédite sur les rives du Lac d’Annecy le 26 Juillet à 20 h, Salle du Parmelan sur la commune de Sevrier. Patrice BUREAU, président de L181 sera heureux de vous y accueillir avec l’équipe du Club de Plongée LA COULEE DOUCE.

Diffusez l’information autour de vous en téléchargeant l’affiche : AFFICHE SEVRIER

Cet article Prochaine conférence L181 le 26 Juillet au bord du Lac d’Annecy ! est apparu en premier sur Longitude 181.

Fiches comportements et relations sociales de Longitude 181

Fiches comportements et relations sociales de Longitude 181
Nouveauté : les fiches comportements et relations sociales de Longitude 181

Voici, en avant première, le lot de fiches “comportements et relations sociales” qui sera distribué dès la mission 2019 aux écovolontaires de MMCO, Longitude 181, Un océan de vie et Téria qui embarqueront sur les missions d’observation cachalots à l’île Maurice. Ces fiches résument et classent les comportements les plus courants, ainsi que les différents types de relations sociales qui existent chez les cachalots. Elles sont une création originale de Longitude 181.

Des fiches pour aider les écovolontaires dans leur mission d’observation

Ces 7 fiches constituent un énorme pas en avant !

Elles permettent de classer les différents comportements observables depuis le bateau, ainsi que l’ensemble des comportements et relations sociales observables en plongée. Ce classement traduit l’intensité et la proximité spatiale de la relation, sur une échelle décroissante de 6 à 1. La catégorie 6 correspond à l’allaitement (relation la plus forte), la catégorie 1 indique que les cachalots ont été observés le même jour mais qu’ils sont distants de  plusieurs km (relation la plus faible).

Une fiche complémentaire décrit les différentes expressions sonores les plus fréquentes : clic, coda, creak, clic-balise… que l’on peut entendre sous l’eau. Tout un panel d’expressions que nous sommes en train de décrypter, car elles devraient nous en apprendre beaucoup sur la vie sociale des cachalots !

Ces nouvelles fiches “comportements et relations sociales” sont le résultat de 4 années d’analyse et de centaines d’heures d’observation dans le cadre du programme piloté par l’association MMCO  C’est un premier pas essentiel !

Les fiches sont téléchargeables ici

Cet article Nouveauté : les fiches comportements et relations sociales de Longitude 181 est apparu en premier sur Longitude 181.

Plongeurs international : A l’écoute des cachalots !

Plongeurs international : A l’écoute des cachalots !

Bel article sur la campagne Cachalots 2017, à lire dans le magazine Plongeurs International de ce trimestre !

Tous les résultats de la mission 2017 et les premières conclusions sont à retrouver dans cette synthèse, écrite par Véronique Sarano et superbement illustrée par Stéphane Granzotto.

 

Cet article Plongeurs international : A l’écoute des cachalots ! est apparu en premier sur Longitude 181.

Record d’apnée d’Andy Cabrera Avila

Record d’apnée d’Andy Cabrera Avila
Record d’apnée d’Andy Cabrera Avila et sensibilisation à la protection des Océans

Andy Cabrera Avila, maître-nageur à la piscine de Saint-Cyr l’école dans le département des Yvelines, a souhaité sensibiliser les plus jeunes et le grand public à la pollution des océans. et c’est ainsi que  le dimanche 10 juin à 9h30, il s’est élancé pour battre le record d’apnée en endurance, 3 h . Pari gagné!

A l’occasion de la journée mondiale des océans, Andy Cabrera Avilal a lancé un projet d’animation dans le cadre de la natation scolaire, auprès de 250 enfants, concernant l’impact néfaste du plastique dans les Océans. Avec pédagogie et beaucoup de passion, il leur a proposer d’entrer dans l’histoire de deux amis qui partent faire le tour du monde en bateau et qui se trouvent bloqués dans un Océan rempli de Plastique (Le 7ème Continent).

Voici son approche : « Notre Rôle d’éducateur ne se limite pas uniquement à transmettre aux enfants des gestes techniques pour apprendre à nager. Nous avons également le devoir et la responsabilité de contribuer à leur éducation, pour qu’ils puissent à leur tour devenir les EDUCATEURS de demain.Nous attendons une prise de conscience des participants sur les conséquences de nos comportements qui mettent en péril la vie dans nos Océans. Les enfants connaîtront l’état actuel de nos Océans. Ils se donneront pour mission d’agir de façon individuelle et collectivement pour défendre les Océans et réduire l’impact nocif du Plastique.»

Et pour toucher un public plus large, dimanche 10 juin à 9h30, il s’est élancé pour battre le record d’apnée en endurance, 3 h .

Il a voulu se mettre dans la peau d’un dauphin en nageant parmi des tas de plastiques déposés dans la piscine pour cet événement.
Andy est ambassadeur apnée Longitude 181 et a tenu à notre présence pour parler de ce fléau qui nous concerne tous.

 
Il a brillamment terminé ses 3 h d’apnée avec des petites palmes en ayant parcouru près de 10km, 395 longueurs de 25m, en ayant respiré moins de 1min par heure, une belle prouesse !

Aussitôt sorti de l’eau, il a remercié toutes les personnes venues l’encourager,  et n’oublions pas de rappeler son message principal : arrêter de jeter le plastique ! Le jeter par terre, c’est le jeter dans la mer …
Après cet exploit, les nageurs sont venus expérimenter l’apnée parmi ces objets pour ensuite participer au nettoyage et tri sélectif.

Un bon moyen de se rendre compte des conséquences de la pollution et des moyens simples pour lutter tous ensemble.

Enfin, Les enfants ont pu repartir fièrement avec leur diplôme de gardien des Océans.

  Voir ICI    le   diplome gardien de l’Océan Aquamundo   !

Cet article Record d’apnée d’Andy Cabrera Avila et sensibilisation à la protection des Océans est apparu en premier sur Longitude 181.

La France leader mondial de la protection des océans ?

Lors de la Journée Mondiale de l’Océan, le 8 juin, est paru dans le  “HUFFINGTON POST” une tribune interpellant sur la protection des eaux françaises, à laquelle est associée LONGITUDE 181 par la voix de François SARANO, qui s’est joint aux nombreuses personnalités qui relayent cet appel  :

  • Dr Jérôme Petit (Pew Bertarelli Ocean Legacy),
  • Prof. Daniel Pauly (Professeur à l’Université de la Colombie Britannique),
  • Isabelle Autissier (Présidente de WWF France),
  • Jean-François Julliard (Directeur de Greenpeace France),
  • Romain Troublé (Directeur de la Fondation Tara Expéditions),
  • Patricia Ricard (Présidente de l’Institut océanographique Paul Ricard),
  • Pierre-Yves Cousteau (Fondateur de Cousteau Divers),
  • Prof. Bernard Salvat (Professeur émérite à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes),
  • Dr Serge Planes (Directeur de Recherche au Centre national de la recherche scientifique)

Le texte est  disponible en ligne  ici :  https://www.huffingtonpost.fr/jerome-petit/comment-la-france-pourrait-devenir-un-leader-mondial-de-la-protection-des-oceans_a_23453336/?utm_hp_ref=fr-environnement

En voici l’extrait :

Comment la France pourrait devenir un leader mondial de la protection des océans

La France a la deuxième plus grande zone économique exclusive de la planète, avec ses 11 millions de km² d’espace maritime.

L’océan, qui couvre plus de 70% de la planète, est en crise ; ce n’est plus un secret pour personne. Il est touché de plein fouet par le changement climatique, l’acidification, la pollution et la surpêche. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, environ 90% des stocks de poissons évalués sont pleinement exploités, surexploités ou épuisés au niveau mondial. Au-delà de la menace que cela représente pour la biodiversité marine, ces changements rapides ont également des conséquences majeures pour l’homme. Le poisson est la première source de protéine pour 17% de la population mondiale et la pêche emploie environ 260 millions de personnes dans le monde.

Comment agir face à la crise de l’océan ?

Les quotas de pêche, lorsqu’ils sont établis en accord avec les recommandations scientifiques, ont déjà fait leur preuve en matière de reconstitution des stocks halieutiques. Une autre mesure particulièrement efficace pour assurer la régénération des écosystèmes marins face à l’ensemble des menaces qui pèsent sur eux, est la création de zones de protection.

A l’image des parcs nationaux sur terre, les aires marines protégées sont des espaces où les activités humaines sont réglementées pour permettre aux océans de se régénérer et de continuer à fournir leurs bénéfices aux communautés locales. Les membres de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) recommandent la protection d’au moins 30% de la superficie totale des océans, sans aucune activité extractive (pêche et exploitation minière). Alors que 12% de la surface des terres est aujourd’hui protégée dans le monde, seulement 3% de la surface de l’océan bénéficie de mesures de protection efficace.

Il reste donc beaucoup à faire, même si de nombreux efforts ont été accomplis ces dernières années. En moins de dix ans, plusieurs aires marines protégées de grande taille, couvrant des centaines de milliers de kilomètres carrés, ont été annoncées ou créées dans les eaux de plusieurs pays précurseurs, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, au Chili, en Nouvelle-Zélande, en Australie, aux Palaos, aux Kiribati et au Mexique. Ces vastes réserves marines, dans lesquelles toute activité industrielle est interdite, devraient recouvrir à terme une surface totale d’environ huit millions de km².

Les engagements de la France

Lors du Grenelle de la Mer en 2009, sur la base des recommandations de la société civile, la France s’était engagée à créer des aires marines protégées dans 20% de ses eaux, dont la moitié seraient des réserves de pêche. Depuis cette date, les gouvernements successifs agissent pour atteindre cet objectif, notamment dans les territoires d’outre-mer où se trouve 97% de l’espace marin français.

La Nouvelle-Calédonie a créé en 2014 le Parc naturel de la mer de Corail qui recouvre la quasi-totalité de sa zone économique exclusive, soit une surface d’environ 1,3 million de km². Fin 2016, la Réserve naturelle des Terres australes françaises au large de l’Antarctique a été étendue, portant sa superficie totale à environ 670 000 km², dont 120 000 km² de zone de protection renforcée – une grande première pour la France. Suite à ces avancées majeures, la France a annoncé que 22% de ses eaux étaient désormais protégées, surpassant ainsi l’objectif de 20% de protection.

Cependant, beaucoup des aires marines protégées françaises ne le sont que sur le papier et ne bénéficient pas encore de moyens adaptés pour leur gestion et leur surveillance. Selon l’UICN, les aires marines protégées peuvent permettre une utilisation modérée des ressources naturelles, mais non industrielle et compatible avec la conservation de la nature. Or, aux Terres australes par exemple, des palangriers congélateurs de plus de 50 mètres de long embarquant un équipage d’une trentaine de marins, sont autorisés dans la majorité des eaux de la réserve. De même, en Nouvelle-Calédonie, le plan de gestion du Parc naturel de la mer de Corail ne définit aucune mesure de conservation concrète. La majorité des écosystèmes récifaux encore intacts de cette zone ne sont pas encore protégés et rien n’exclut une exploitation minière des fonds dans l’enceinte du Parc. Enfin, l’aire marine protégée créée en 2016 à Clipperton ne recouvre que 0,4% des eaux de cette possession française, alors qu’elles sont une zone de reproduction importante pour le thon obèse du Pacifique, une espèce qui a perdu environ les deux tiers de sa population naturelle.

En définitive, seulement 1,3% des eaux françaises sont juridiquement exemptées d’activités industrielles et peuvent répondre à la définition internationale d’une aire marine protégée. L’objectif du Grenelle de 10% de réserves de pêche dans les eaux françaises d’ici 2020 est donc loin d’être atteint.

Une montée en puissance de la protection marine en France

La France, qui fait déjà preuve de leadership au niveau mondial pour la lutte contre le changement climatique avec l’accord de Paris, pourrait avoir le même niveau d’ambition pour la préservation de l’océan. La stratégie nationale de création et de gestion des aires marines protégées est prometteuse : elle prévoit de développer le réseau des réserves naturelles françaises et d’accroître la surface de protection forte, comme cela a été fait aux Terres Australes. La France pourrait ainsi poursuivre son action en préservant durablement d’autres larges zones marines encore vierges dans ses territoires d’outre-mer, pour le bénéfice durable des pêcheries et des populations locales.

En Nouvelle-Calédonie, plusieurs associations et scientifiques militent pour la création de zones de protection forte au sein du Parc naturel de la mer de Corail, avec un large soutien de la population locale. De même, en Polynésie française, les habitants des archipels des Australes et des Marquises ont manifesté récemment pour demander la création d’une aire marine protégée au large de leurs côtes et protéger leur pêche artisanale de la pêche industrielle qui se développe dans leurs eaux. Par ailleurs, une coalition de plusieurs scientifiques français et internationaux a proposé la protection stricte de plus de 100 000 km² d’océan au large de Clipperton. Enfin, les eaux au large des îles de Saint Paul et Amsterdam aux Terres Australes ne sont pas encore pêchées (de 16 à 200 milles marins des îles), alors qu’elles sont riches en thonidés au nord ; elles pourraient faire l’objet d’une protection forte sans coût économique, avant qu’elles ne soient exploitées à leur tour.

Ces opportunités sont encourageantes et préfigurent peut-être l’établissement futur de grandes zones de protection forte dans les eaux françaises, à l’instar de celles établies par les autres grandes puissances océaniques. La France, deuxième plus grande zone économique exclusive de la planète, avec ses 11 millions de km² d’espace maritime, a les moyens de devenir un leader mondial en matière de protection des ressources marines.

Signataires : Dr Jérôme Petit (Pew Bertarelli Ocean Legacy), Prof. Daniel Pauly (Professeur à l’Université de la Colombie Britannique), Isabelle Autissier (Présidente de WWF France), Jean-François Julliard (Directeur de Greenpeace France), Romain Troublé (Directeur de la Fondation Tara Expéditions), Patricia Ricard (Présidente de l’Institut océanographique Paul Ricard), Pierre-Yves Cousteau (Fondateur de Cousteau Divers), Dr François Sarano (Fondateur de Longitude 181), Prof. Bernard Salvat (Professeur émérite à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes), Dr Serge Planes (Directeur de Recherche au Centre national de la recherche scientifique)

 

Cet article “La France pourrait devenir un leader mondial de la protection des océans “ est apparu en premier sur Longitude 181.