Sharkwater Extinction : Un hommage à Rob Stewart et aux requins

Le 26 janvier dernier, LONGITUDE 181 a organisé la projection de Sharkwater Extinction, le dernier film du célèbre activiste Rob Stewart, au Club de L’Étoile, à Paris. Le troisième documentaire du réalisateur canadien nous plonge dans le monde de la pêche pirate des requins au Costa Rica, Panama, Espagne et Afrique de l’Ouest. Il dénonce ses conséquences catastrophiques sur les populations mondiales de requins et l’écosystème marin. Chaque année, on estime ainsi que 50, peut-être même 100 millions de requins sont toujours pêchés dans le monde.

L’industrie massive et illégale des ailerons de requins

Documentaire haletant, Sharkwater Extinction met au jour l’industrie massive et illégale des ailerons de requins à travers le monde et permet de comprendre que ce commerce, d’une valeur de plusieurs milliards de dollars, prospère grâce à la corruption du monde politique et de la mafia. Une pêche aux méthodes mortifères dont la persistance met très sérieusement en danger la pérennité des espèces.

Un film testament

Avec Sharkwater Extinction, Rob Stewart signe un film émouvant et révoltant pour lequel il a laissé sa vie, puisqu’il a péri durant le tournage en 2017, en remontant d’une plongée en Floride. Son décès tragique donne au documentaire des allures de testament écologique.

En montrant des scènes rarement observées d’un humain interagissant pacifiquement, voire amicalement avec des requins, le documentaire suscite l’empathie pour ces animaux, diabolisés par la culture populaire. Il offre un autre regard sur ces animaux, splendides mais sauvages, qu’il faut savoir respecter comme tels.  Ce que savent tous les plongeurs qui ont eu la chance de les côtoyer.

Le requin participe à l’équilibre des écosystèmes

A l’occasion de cette projection, Patrice Bureau, président de Longitude 181, a rappelé que ces grands prédateurs, largement méconnus du public, participent pourtant à l’équilibre de l’écosystème marin. En les exterminant, on déchire le tissu de liens qui les relient à tous les autres membres de l’écosystème, on bouscule l’équilibre qu’ils ont établi ensemble depuis des millions d’années. 

Le film, qui a remporté plusieurs prix, a été projeté le 26 janvier dernier. Il était présenté par Bruno Chatelain, fondateur de filmfestival.com.

Sabrina Menguy, co-responsable de l’antenne Île-de-France, a organisé cette projection, et a ainsi permis à LONGITUDE 181 de porter la voix de l’Océan.

Retrouvez ici la campagne  “Pas de requin dans mon assiette !” de Longitude 181

lectus libero. eleifend dapibus odio leo.