Assemblée Générale 2018 de LONGITUDE 181

Assemblée Générale 2018 de LONGITUDE 181

L’Assemblée Générale Ordinaire de l’association se tiendra le  :  Samedi 24 Mars   2018, à 15 h à la Maison des Bénévoles du Sport Drôme-Ardèche,  71 rue Latécoère – 26000 Valence 

(salle mise à disposition par le CODEP 26/07 (FFESSM), structure ambassadrice de la Charte Internationale du Plongeur Responsable de L181)

Vous y êtes convoqués si vous êtres adhérent à jour de cotisation .

L’ Ordre du jour  est le suivant :

Ordre du jour :

– Rapport moral de l’année 2017

– Approbation du rapport moral 2017

– Rapport financier de l’année 2017

– Approbation du rapport financier 2017

–  Projets pour 2018

– Présentation du budget prévisionnel 2018

– Approbation du budget prévisionnel 2018

– Élection des membres du Conseil d’administration

Si vous ne pouvez pas assister à l’Assemblée générale, nous vous proposons, ci-dessous, une formule de vote par procuration. Vous serez ainsi représenté par le membre de votre choix. Merci d’y répondre par courrier (adresse ci-dessus)  ou par email.

convaction + procuration en fichier Pdf à nous retourner

Seuls les membres de l’association peuvent être présents et voter lors de l’assemblée.

Ci-joint , à cet effet, un bulletin de ré-adhésion pour ceux qui n’auraient pas encore renouvelé leur cotisation, réadhésion pouvant être effectué sur notre site internet : https://www.longitude181.org/adherersoutenir/

Adhesion-individuelle-L181.pdf

Formulaire-SEPA-L181.pdf

adhesion-Centre-Ambassadeur-L181.pdf

Rejoignez LONGITUDE 181, Porteur de la voix de L’Océan !

Cet article Assemblée Générale 2018 de LONGITUDE 181 est apparu en premier sur Longitude 181.

Stéphane TOURREAU nous soutient avec “The freediving Universe”

Stéphane TOURREAU nous soutient avec son DVD “The freediving Universe”
Stéphane TOURREAU nous soutient avec son DVD “The freediving Universe”

Stephane TOURREAU, champion d’apnée , nous offre le produit total  de la vente de son DVD ” The Freediving Universe”  !

Vous le trouverez dans notre boutique : https://www.longitude181.org/products/dvd-the-free-diving-universe/

https://www.longitude181.org/products/dvd-the-free-diving-universe/Stephane TOURREAU,  Vice Champion du Monde d’apnée, membre de l’équipe de France et explorateur ,  avec une présence forte à nos cotés lors du salon de la plongée 2018,  nous a offert la totalité des DVD  du film «The Freediving Universe».

Un geste qui nous honore et nous permet de vous en fournir l’exclusivité sur notre boutique  tout en finançant nos actions .

«The Freediving Universe»,  est une aventure de 20 minutes sur l’apnée et la connexion à l’environnement marin. Stéphane Tourreau (apnéiste professionnel) et Mathias Lopez (cadreur et réalisateur), nous emmènent vivre cette philosophie de l’intérieur, ce que représente l’approche d’une performance en profondeur et la connexion avec l’eau et la vie sous-marine. L’introspection et la relation avec l’élément seront les fils conducteurs de cette aventure aux Bahamas, entre le Dean’s Blue Hole à Long Island et les îles de Bimini.

Merci encore  à Stéphane, qu’on pourra retrouver dans le radio magazine LONGITUDE 181 qui lui était  consacré en 2016. :

 

 

Rejoignez LONGITUDE 181, Porteur de la voix de L’Océan !

Cet article Stéphane TOURREAU nous soutient avec son DVD “The freediving Universe” est apparu en premier sur Longitude 181.

Longitude 181 menacé pour avoir osé diffuser un rapport scientifique !

Les membres de l’association Longitude 181 sont menacés par monsieur Philippe LOOSLI (adresse mail) pour avoir diffuser un rapport officiel de l’Université de La Réunion sur ce que mangent les requins capturés localement…. rapport à lire absolument en fin de l’article en question accessible ici  !

Longitude 181 est très régulièrement attaquée sur les réseaux sociaux notamment par des individus qui ne savent apparemment s’exprimer que par la négation de la liberté d’informer. Ils surgissent dés lors que cette information ne leur convient pas puisque allant dans le sens de la protection de l’environnement marin et du patrimoine commun.

Ces attaques, violentes, insultantes, sont souvent assorties de menaces physiques.

Ces menaces vont même jusqu’à être relayées par des faits concrets sur le terrain, en particulier sur l’Ile de La Réunion.

Nous avons choisi d’en diffuser certaines, afin que ceux qui nous suivent soit bien conscients que nous devons absolument rassembler le plus grand nombre de personnes pour porter haut et fort la Voix de l’Océan afin de convaincre, même les plus obtus, que l’avenir se joue maintenant dans la mise en application du droit de laisser vivre.

Rejoignez LONGITUDE 181, Porteur de la voix de L’Océan

La meilleure réponse, est la divulgation de nos articles aux plus grand nombre, la meilleure réponse, est de rejoindre Longitude 181 ou une autre association similaire. Ne restez pas passifs, la passivité c’est accepter la banalisation de ce type de message :

Prénom philippe
Nom loosli

Courriel
philippe.loosli@laposte.net

Sujet
vos informations mensongères

Message
Je vous somme de retirer immédiatement votre publication mensongère sur la crise requin à La Réunion où je porte plainte contre vous et vos collaborateurs et si cela ne suffit pas je viendrai vous visiter mais pas les mains vides

Cet article Longitude 181 menacé pour avoir osé diffuser un rapport scientifique ! est apparu en premier sur Longitude 181.

15 ans d’expériences avec les requins

15 ans d’expériences avec les requins dans le livre (indispensable) de Steven SURINA
15 ans d’expériences avec les requins dans le livre (indispensable) de Steven SURINA

Steven SURINA et Greg LECOEUR ont  publié un ouvrage qui fera date pour les passionnés  des plongées avec requins :   ” REQUINS :  GUIDE de l’INTERACTION.” 

Ce livre donne  une référence complète et récente de tout ce que l’on sait sur les requins, soit  scientifiquement, soit par la pratique empirique de l’approche de chaque espèce de requins. C’est avec une passion toujours affirmée  que Steven déroule, chapitre après chapitre, les secrets, les leçons qu’il a tiré de milliers de plongée au contact des requins.

Cerise sur le gâteau : Steven nous fait le plaisir d’y mentionner l’approche respectueuse en présentant la Charte Internationale du Plongeur Responsable  (pour ceux qui ne la connaîtraient pas …), et celle de l’Écotourisme Requin Responsable qui avait été présentée, lors du Salon de la Plongée 2017, en présence de Bernard SERET et de François SARANO.

 

 

 

 

Cet article 15 ans d’expériences avec les requins dans le livre (indispensable) de Steven SURINA est apparu en premier sur Longitude 181.

Pétition contre les compétitions de chasse sous marine

Suite à la pétition nationale de Longitude 181 demandant l’interdiction des concours de chasse sous marine, le Président de la FNPSA (Fédération Nationale de Pêche Sous Marine) réagit officiellement ici

Nous vous partageons aussi le courriel qui l’accompagne et qui émane de M. Christian CERBONI, Responsable Environnement du Comité de Provence de la FNPSA :

Je viens de découvrir le courriel de M. Sarano qui, comme c’est maintenant son habitude publique et constate, attaque de manière frontale, grossière et mensongère la pêche sous marine qui est, je le rappelle, une activité légale, reconnu depuis quelques années par un agrément accordée par le Ministère des Sports au vu d’un dossier qui démontrait que cette activité, y compris dans sa dimension compétition, est une activité parfaitement compatible avec les exigences actuelles de préservation et de restauration des milieux et des espèces.

N’en déplaise à M. Sarano, les derniers rendez-vous mondiaux montrent que de plus en plus de pays participent à ces concours sous l’égide de la CMAS. Est-ce à dire que tous ces pays du monde entier se trompent et se fiche de la situation des mers et des océans et que seule la France qui exclu ses sportifs de ces rencontres, à raison. Ou bien, au contraire, ont-ils géré cela avec plus de rigueur et d’analyse.

Comme vous le lirez dans la pièce jointe, aucune autre activité marine ne s’est doté d’un code moral, pour la pêche de loisir, aussi responsable et de règlements, de pêche en compétition, aussi exigeants.

Notre logiciel de pesée fait référence en termes de précision pour le suivi des prises devenant ainsi un outil très intéressant et fiable pour les scientifiques.

Notre code moral est bien antérieur à ceux écrits depuis et voté dès notre création.

En matière d’éthique et de prélèvements éco-responsables nous n’avons pas de leçon à recevoir, bien au contraire.

Depuis 15 ans que nous existons, nous avons ainsi constitué une base de donnée unique. Pour rappel, nos pesées sont publiques, leurs résultats sont également publics et transmis aux scientifiques avec qui nous travaillons.

Toutes nos activités sont soumises à autorisations (Affaires Maritimes, Parc Marin, déclaration « Natura 2000, Mairie…).

Nous travaillons tous les jours pour faire avancer les idées d’une pêche sous-marine encore plus responsable mais également à mettre en avant les vrais problèmes, bien plus graves, qui menacent notre espace marin. 

N’en déplaise à M. Sarano, nous sommes fiers de notre bilan obtenu sans aucun moyen financier extérieur, basé uniquement sur un travail de bénévoles et, bien plus encourageant que les critiques stériles et mensongères, nous préférons mettre en avant les différents partenariats signés avec les parcs marins méditerranéens qui font eux une analyse sérieuse de notre activité. Décidément, l’écologie doit réellement et rapidement devenir la science de l’avenir et être accepté comme telle pour ne plus être utilisé à des fins partisanes en la dévoyant.”

Vous apprécierez, sans doutes les meilleurs moments de ce texte. Sans plus de commentaires, voici la réponse faite par François Sarano :

” Chers Messieurs Christian Cerboni et Joseph Russo,

Je vous remercie d’avoir pris le temps de répondre à mon courriel demandant l’arrêt des concours de chasse sous-marine. J’insiste sur le fait que nous ne demandons pas l’arrêt de la chasse sous-marine, mais bien de celle des CONCOURS de chasse sous-marine qui amènent des champions à se mesurer en tuant un maximum de poissons.

Vos arguments ne m’ont pas vraiment convaincu.

Je me suis permis de reprendre vos propos dans cette réponse :

Les concours de chasse sous-marine au service de la recherche scientifique !

« Depuis 15 ans que nous existons, nous avons ainsi constitué une base de donnée unique. Pour rappel, nos pesées sont publiques, leurs résultats sont également publics et transmis aux scientifiques avec qui nous travaillons. Notre logiciel de pesée fait référence en termes de précision pour le suivi des prises devenant ainsi un outil très intéressant et fiable pour les scientifiques ».

Ah, la Science, la Science, quand tu nous tiens ! Je n’ai pas très bien compris : Contribuez-vous à la connaissance du milieu marin, ou à l’optimisation des systèmes de pesée ?

Auriez-vous par ailleurs l’obligeance de m’envoyer les références des publications scientifiques qui utilisent vos données ?

Le concours de chasse pour aider la science ! Savez-vous que les japonais tiennent les même propos pour justifier la chasse à la baleine… Je conduis moi-même, en ce moment, une étude des cachalots qui s’appuie sur l’observation en plongée des cétacés vivants… Nous avons plus appris en 6 mois que nos collègues « scientifiques » japonais en un siècle. Mais peut-être n’est-ce pas de la « vraie science » ?

On sait depuis quelques années déjà que pour comprendre les êtres vivants, il faut les étudier VIVANTS !

Pensez-vous que les scientifiques du Groupe d’Etude du Mérou ( GEM) aient besoin de tuer les mérous pour les compter ? Pour comprendre leur comportement, pour étudier leurs relations avec les autres espèces ? Pas vraiment ! Peut-être ces scientifiques ne font-ils pas de la vraie science !

En tous les cas, nous sommes heureux que vos concours de chasse ne viennent pas enrichir l’étude !

Les concours de chasse sous-marine au service de la restauration des milieux et de la gestion des écosystèmes !

« … cette activité (la chasse sous-marine), y compris dans sa dimension compétition, est une activité parfaitement compatible avec les exigences actuelles de préservation et de restauration des milieux et des espèces »

« Pour ceux qui ont déjà essayé, ils savent que le poisson est devenu, ET TANT MIEUX, très difficile à approcher et à prendre… ».

Tant mieux ? Pourquoi tant mieux ? Nous n’avons, de fait, pas vraiment la même idée de ce qu’est un écosystème non perturbé ! Et, c’est montrer une immense méconnaissance du monde sauvage de penser qu’il est naturel que les animaux fuient devant l’homme ! Je vous invite à venir goûter le bonheur d’une immersion au cœur d’un banc de poissons qui ne vous fuient pas. C’est cela l’état naturel sauvage celui que l’on voudrait retrouver dans un écosystème restauré… Vous pourrez ainsi mieux mesurer l’impact de la présence des chasseurs, et comme vous le soulignez vous-même, « surtout lorsqu’on arrive en groupe ».

Pour reprendre l’exemple du mérou, par chance le moratoire sur la chasse de ce poisson l’a préservé de vos méthodes de gestion des écosystèmes ! Et bon an, mal an, malgré l’absence de vos chasseurs-gestionnaires le mérou revient ! La nature n’est pas si mal faite. En définitive, elle se débrouille très bien seule !

« … les derniers rendez-vous mondiaux montrent que de plus en plus de pays participent à ces concours sous l’égide de la CMAS. Est-ce à dire que tous ces pays du monde entier se trompent et se fiche de la situation des mers et des océans et que seule la France qui exclu ses sportifs de ces rencontres, à raison. Ou bien, au contraire, ont-ils géré cela avec plus de rigueur et d’analyse. »

 Auriez-vous l’obligeance de nous donner les noms de ces pays exemplaires en matière de gestion et de restauration de leurs écosystèmes marins ? Pourriez-vous nos offrir le bonheur de lire les protocoles de gestion par concours de chasse qui montrent comment ces concours favorisent la diversification des espèces, et surtout, au sein de chaque espèce, l’augmentation du nombre et de la taille des individus… ?

Les concours de chasse sous-marine comme modèle d’éthique

« Notre logo montre un pêcheur qui descend à la recherche d’une étoile, d’un rêve, pas d’une caisse de poissons à remplir. Lisez notre code moral qui engage tous les pêcheurs de notre fédération. »

« Notre code moral est bien antérieur à ceux écrits depuis et voté dès notre création. En matière d’éthique et de prélèvements éco-responsables nous n’avons pas de leçon à recevoir, bien au contraire »

 … La recherche d’une étoile, d’un rêve… Peut-être, mais dans les faits, le rêve se traduit par une caisse de poissons morts !

En quoi un concours de chasse sous-marine est-il éthique ? Ne serait-il pas plus éthique de tirer sur cible ? Pensez-vous qu’il est plus glorieux ou plus difficile de tirer une murène ou un congre, qu’une cible.

«Si on enlève les murènes, on est même pas à un kilo de poisson par pêcheur… »

A vous lire, les murènes n’ont aucune importance dans l’écosystème et sont donc parfaitement négligeables…  Auriez-vous l’obligeance de m’expliquer en quoi l’élimination de 60 murènes en une cession de chasse est éco-responsable ?

Enfin, je ne partage pas non plus votre appréciation de la vie en kilogramme… en rendement : « moins d’un kilo par pêcheur… soit 170g de l’heure… »

Si vous pensez qu’organiser des concours de « jouer-à-tuer » est éthique et éco-responsable, permettez que j’exprime ici avec force mon immense dégout.

Considérez également, que vous n’êtes pas seul à « aimer » les habitants des fonds marins, il y a tout ceux qui se plaisent à contempler les poissons VIVANTS et à les laisser vivre pour les autres… Ces observateurs n’ont-ils à vos yeux que le droit de constater vos dégâts ? Sont-ils des citoyens de deuxième catégorie ? N’ont-ils pas le droit de s’exprimer ? Faut-il un fusil pour pouvoir décider de l’ordre des choses ?

Puisque vous avez adroitement défendu votre position de scientifique-gestionaire des écosystèmes marins, permettez aux « citoyens de deuxième catégorie », qui ne sont ni scientifiques, ni gestionnaires, mais observateurs de ces mêmes écosystèmes, d’avoir le droit de dire ce qu’ils pensent de vos méthodes !

Permettez qu’ils puissent réclamer le Droit de laisser vivre !

Car, pour rappel, le poisson n’appartient pas plus aux chasseurs qu’aux observateurs, il est donc acceptable que tous les citoyens (chasseurs, plongeurs, apnéistes, scientifiques,… tous) puissent s’exprimer sur la gestion de ce qui est notre patrimoine à tous.

Je me permets donc de joindre à cette réponse notre pétition pour exiger l’interdiction des concours et vous demande de la signer et de la faire circuler largement autour de vous.

Face aux générations futures, qui ne dit rien consent !”

Le texte explicatif et la pétition papier sont ici :

« Pour l’interdiction définitive des concours de chasse sous‐marine ! »

FAITES SIGNER LARGEMENT ET RAMENEZ VOS SIGNATURES SUR NOTRE STAND G24 AU PROCHAIN SALON INTERNATIONAL DE LA PLONGEE DE PARIS !

POUR SIGNER en LIGNE c’est ici :

 PETITION sur CHANGE.ORG

Cet article Pétition contre les compétitions de chasse sous marine, une réponse (édifiante) de la FNPSA est apparu en premier sur Longitude 181.

Laissez-moi tranquille ! Par Steven Weinberg

Laissez-moi tranquille !
Steven Weinberg

Biologiste sous marin de renom, photographe reconnu, conférencier, membre du Conseil Scientifique et Ethique de Longitude 181, Steven Weinberg, a tenu à exhumer de ses archives personnelles, un article de sa plume, publié en 2006 dans la revue Plongeurs International. Autres dates, autre fédération, même “combat” à 11 ans d’écart !

La chasse sous-marine débuta sur les rivages méditerranéens vers 1935. Les pionniers s’appellent Lemoigne, Dumas, Tailliez… Il y a aussi de célèbres étrangers, comme Guy Gilpatrick et Hans Hass. Ces jeunes illuminés découvrent alors qu’il est aisé d’attraper de gros poissons avec des engins de fabrication artisanale : tridents, frondes, foënes, arbalètes et fusils… Durant les années de guerre, leurs techniques se généralisent : du temps des cartes de rationnement, pouvoir tirer les sars et les mérous devient une nécessité, plus qu’un divertissement.

Depuis ces temps de pénurie, il y a les chasseurs sous-marins et les autres. Sur ce qui les sépare, quelqu’un a écrit : « Le conflit ne devait plus tarder à devenir symbolique car il ne restait plus de poisson digne d’être tiré. De Menton à Marseille la faune d’importance avait pratiquement disparu. Bien sûr, la mer est grande et ce ne sont pas les harponneurs qui la videront, mais la bande littorale propice à la chasse n’est guère plus large qu’une rivière. Ses habitants sédentaires, mérous, peï-quas[1], labres, murènes, qui vivent près de leurs habitations à peu de profondeur, ont été traqués par des centaines, par des milliers de chasseurs. Les poissons des eaux profondes, comme les dentis et les dorades, ne s’aventurent plus dans la zone dangereuse. Les sars passent leurs jours à trembler de peur à l’intérieur de leurs labyrinthes de pierre. Certains poissons qui avaient l’habitude de venir à l’époque du frai pondre leurs œufs près des côtes se sont éloignés pour le plus grand dommage de leur reproduction. En 1936, c’était un jeu d’enfant de tirer un poisson de taille convenable sur la Côte d’Azur. Aujourd’hui, c’est presque une performance. »

Le texte n’est pas de Greenpeace, et ne date pas d’aujourd’hui. L’auteur de ces lignes, écrites il y a plus d’un demi siècle [2], est Jacques-Yves Cousteau.

D’autres ont fait le même constat. André Bonneau [3] me raconta comment, à la fin des années 1950, il allait admirer « les dizaines de mérous qui prenaient le soleil, tôt le matin, au sec de Rédéris ». Un autre pionnier de la plongée, Yvonne de Rolland-Dalon [4], m’a dit un jour : « La Méditerranée d’alors était riche et belle. Il y avait encore plein de vie: corbs, mérous, langoustes… »

Alors que depuis plus de cinquante ans, tout le monde, et pas des moindres, sont d’accord pour affirmer que la chasse sous-marine fait des ravages, comment se fait-il que cette pratique ne soit pas encore défendue ? Hors des sanctuaires, comme Port-Cros, Rédéris ou Scandola, les mérous, les corbs et les grands sars deviennent des espèces rares. Attend-on que les derniers aient disparu pour arrêter le massacre ? Les exemples des tigres, des éléphants et des rhinocéros ne suffisent-ils pas ?

Il me semble scandaleux qu’on organise encore des championnats de chasse sous-marine. Ce temps me semble révolu ou l’on peut considérer “sport” le massacre d’animaux sans défense. Que les vaillants apnéistes, pour montrer leur savoir-faire et leur respect de l’environnement, se munissent d’appareils photo numériques… On jugera sur clichés s’ils sont de bons “tireurs” ou pas !

Une image publiée dans “Science et Vie” no.370 de juillet 1948. La légende dit : « Un gibier exceptionnel pour un chasseur sous-marin : un marsouin de 2,1 m de long et pesant 90 kg. » Voilà de quoi on se vantait, il y a 60 ans… Sans connaissance aucune, d’ailleurs : il s’agit clairement d’un dauphin commun (Delphinus delphis) et non d’un marsouin !

[1] “Poisson queu”, nom provençal du corb.

[2] Jacques-Yves COUSTEAU et Frédéric DUMAS : « Le Monde du Silence », Éditions de Paris (1953) : p.16-17.

[3] Voir ailleurs dans ce numéro : « Quand la plongée scientifique était encore “fun” »

[4] Voir « Coup de gueule d’une pionnière”. Plongeurs international, 30: p. 50 (2000)

 

« Pour l’interdiction définitive des concours de chasse sous‐marine ! »

POUR SIGNER en LIGNE c’est ici :

 PETITION sur CHANGE.ORG

Cet article Laissez-moi tranquille ! est apparu en premier sur Longitude 181.

EQUATION DIVE : Le trophée 2017 du centre écoresponsable

EQUATION DIVE reçoit Le trophée 2017 du centre écoresponsable !
EQUATION DIVE reçoit Le trophée 2017 du centre écoresponsable !

Au Salon de la Plongée le 12 Janvier 2018,   LONGITUDE 181 a remis le trophée 2017 du centre de plongée écoresponsable  à  EQUATION DIVE  !

https://www.longitude181.org/2017/02/14/equation-dive-a-bohol-action-compte/ 

En 2015, Equation Dive est devenu le premier centre local de plongée responsable ambassadeur de la charte longitude 181 aux Philippines. Aujourd’h’ui ce club affiche 3 planètes sur 4 dans le guide 2018 des centres -écoresponsables , à consulter ici .

 Basé à Plangao sur l’île de Bohol, dans le Sud des Visayas, Equation Dive est une petite structure francophone qui a à cœur d’impliquer les plongeurs, les encadrants, le personnel et la population locale dans ses actions de préservation dont le ramassage et le tri des déchets en permanence. Le club a été lauréat et en  2éme place du dernier trophée des centres écoresponsables   au dernier salon de la plongée 2017.

Nous avons relaté d’ailleurs quelques actions entreprises par Carole et Jérôme les deux fondateurs du club Carole et Jérôme (qui ont moins de 10 années de plongée)  et qui ont concrétisé leur rêve : donner un sens à leur vie !

Article de fevrier 2017 :https://www.longitude181.org/2017/02/14/equation-dive-a-bohol-action-compte/ 

Beaucoup d’émotions autour de la remise de ce trophée  qui est la reconnaissance  du  travail effectué au quotidien,  dans des conditions difficiles, qui méritait  d’être souligné comme une exempe à suivre . Bravo à Carole et Jérôme ! Bravo à EQUATION DIVE !

Et Carole nous a déjà assuré qu’elle ne comptait pas en rester là .  Rendez vous pour de futures réalisations…. et bientôt dans notre radio magazine !

En savoir plus sur Equation Dive : http://www.equation.asia/http://www.longitude181.fr/guide/

Carole, entourée de Jean-Paul LEROY , Référent des clubs Zone Asie, et de Patrice BUREAU , Président de LONGITUDE 181.

Carole, entourée de Jean-Paul LEROY , Référent des clubs Zone Asie, et de Patrice BUREAU , Président de LONGITUDE 181.

Cet article EQUATION DIVE reçoit Le trophée 2017 du centre écoresponsable ! est apparu en premier sur Longitude 181.

(Droits de l’océan)-Vers la fin de la zone de non-droit en haute mer ?

Droit de l’océan : L’ONU vote une résolution ouvrant les négociations à la création d’un traité international pour la protection de la Haute Mer.

 Un cadeau inattendu :  le 24 décembre 2017  a été voté au sein de l’Assemblée Générale des Nations Unies, une résolution ouvrant les négociations à la création d’un traité international pour la protection de la Haute Mer.

Pas moins de 140 Etats ont approuvés ce projet inespéré. En effet, la Haute Mer qui représente les 2/3 des océans est à ce jour sous le statut res communis, c’est-à-dire par un principe de liberté  donnant à chaque Etat  les pleins pouvoirs sur la navigation, le survol, la pêche, la pose de câbles et pipes-lines sous-marins, la recherche scientifique etc.

Ce vide juridique rend quasi-impossible la protection de cette zone.

C’est dans ce contexte que les discussions devraient s’ouvrir en septembre 2018 pour durer jusqu’en 2020.

Divers sujets devront être traités comme l’exploitation des ressources génétiques marines,  la création d’aires marines protégées ou encore l’évaluation d’impact sur l’environnement.  La tâche s’avère difficile puisque cela implique de nouvelles contraintes aux  Etats. Plus encore, le futur traité devra prévoir un organe indépendant doté d’un pouvoir contraignant pour faire appliquer les règles à la préservation de cette zone. Il n’est pas sans rappeler la carence de la protection de la zone des Hauts Fonds Marins avec la mise en place d’une Autorité qui peine à agir (Article du Monde à consulter ici).

On espère donc que ces négociations aboutiront à une solution efficace pour la protection de la Haute Mer qui ne cesse de se détériorer par les activités humaines.

Rejoignez LONGITUDE 181, Porteur de la voix de L’Océan

Cet article (Droits de l’océan)-Vers la fin de la zone de non-droit en haute mer ? est apparu en premier sur Longitude 181.

ULTRAMARINA reçoit le trophée 2017 du voyagiste écoresponsable !

ULTRAMARINA reçoit le trophée 2017 du voyagiste écoresponsable !

Ce vendredi  12 Janvier 2018, le deuxième Trophée 2017 du Voyagiste  écoresponsable.a été remis  dans les mains de Gérard CARNOT , responsable d’ULTRAMARINA , sur l’Espace Scénique du Salon de la Plongée.

Après avoir remis le 4ème trophée du centre de plongée écoresponsable,   il était important de  souligner  par une  mise en avant  ceux qui font le lien entre les plongeurs et  et les clubs de plongée, et qui ont un rôle prépondérant dans le choix des destinations et des services offerts, tout en soutenant une démarche écoresponsable .

C’est ULTRAMARINA ,  qui a été désigné pour la deuxième fois (eh oui  une constance  et une avance  déterminante  ) par le conseil d’administration de LONGITUDE 181  au terme d’une évaluation basée sur différents critères : site web, relation client, produits/croisières, actions, pérennité des actions, etc..

Rappelons que ULTRAMARINA est  également un partenaire historique de LONGITUDE 181 depuis 15ans , que la promotion de la charte du plongeur responsable n’est pas un vain mot  que ce soit par la transmission systématique  à l’ensemble de ses clients, mais également par une mise en avant volontaire des club ambassadeurs Longitude 181 eux mêmes  engagés sur le respect de la charte.  Cette année encore ULTRAMARINA publiait un carnet de plongée aux couleurs les plus récentes de LONGITUDE 181 sur une double page.   Enfin, ULTRAMARINA en consacrant une page de son site à LONGITUDE 181  renvoie ainsi ses clients sur le site de LONGITUDE 181.

Un deuxième trophée, toujours mérité , ULTRAMARINA gardant une longueur d’avance sur ses concurrents. Mais …..que nous préparent  les  tour-opérateurs pour l’ année prochaine ?

Cet article ULTRAMARINA reçoit le trophée 2017 du voyagiste écoresponsable ! est apparu en premier sur Longitude 181.

Longitude 181 réaffirme son soutien au Tourisme Réunionnais

Longitude 181 réaffirme son soutien au Tourisme Réunionnais

Ile de La Réunion : Au nom du collectif d’association engagé contre les programmes de pêche préventives et “punitives” dans le cadre de la gestion de la “crise requins” , Longitude 181 a réaffirmé son soutien au tourisme réunionnais lors du Salon International de la Plongée de Paris .

 Sea Shepherd, Sauvegarde des requins et Longitude 181, présents sur le Salon International de la Plongée de Paris, Porte de Versailles jusqu’au 15 Janvier, sensibilisent le grand public sur l’importance de souten

ir le tourisme réunionnais et sur le danger extrême que représenterait la continuation et l’intensification du programme CAP REQUIN au travers du projet “CAP REQUINS3” (Pétition en cours)

C’est dans un état d’esprit constructif, que ce samedi 13 janvier, François SARANO (fondateur) et Patrice BUREAU (Président) de Longitude 181, sont allés, au nom du collectif*, réaffirmer ce soutien sur le stand de l’IRT ( Ile de la Réunion Tourisme) et auprès de l’ensemble des centres de plongée présent pour l’occasion.

 Voir l’extrait vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=vvZnjeYLISI&feature=youtu.be

 

*Collectif des associations Sea Shepherd, Aspas, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181, Sauvegarde des requins, One Voice, Tendua, Vagues, Requin Intégration

 

Rejoignez LONGITUDE 181, Porteur de la voix de L’Océan

Cet article Longitude 181 réaffirme son soutien au Tourisme Réunionnais est apparu en premier sur Longitude 181.

venenatis amet, ut pulvinar id luctus ut tempus dolor risus