“J’aurai aimé que cette photo n’existe pas” J. Hofman

Cliché finaliste du prix Wildlife Photographer of the Year 2017, organisé par le Muséum National d’Histoire Naturelle de Londres, vous avez sûrement aperçu cette photo sur Internet.

Ce cliché, pris près des côtes de l’île Sumbawa en Indonésie pourrait faire sourire s’il n’était pas aussi alarmant. Postée sur le compte Instagram de Justin Hofman, cette photo nous rappelle (encore) à quel point notre comportement et nos pollutions impactent nos océans.

It’s a photo that I wish didn’t exist but now that it does I want everyone to see it. What started as an opportunity to photograph a cute little sea horse turned into one of frustration and sadness as the incoming tide brought with it countless pieces of trash and sewage. This sea horse drifts long with the trash day in and day out as it rides the currents that flow along the Indonesian archipelago. This photo serves as an allegory for the current and future state of our oceans. What sort of future are we creating? How can your actions shape our planet?
.
thanks to @eyosexpeditions for getting me there and to @nhm_wpy and @sea_legacy for getting this photo in front of as many eyes as possible. Go to @sea_legacy to see how you can make a difference. . #plastic #seahorse #wpy53 #wildlifephotography #conservation @nhm_wpy @noaadebris #switchthestick

A post shared by Justin Hofman (@justinhofman) on Sep 12, 2017 at 8:28am PDT

Traduction : “J’aurai aimé que cette photo n’existe pas, mais puisque c’est le cas, maintenant je veux que tout le monde la voie. Ce qui est parti d’une opportunité de photographier un adorable petit hippocampe s’est transformé en frustration et tristesse à mesure que la marée descendante apportait ses innombrables déchets de poubelles et eaux usées. Cet hippocampe dérive jour après jour avec les déchets lorsqu’il suit les courants le long de l’archipel Indonésien. Cette photo représente une allégorie de l’état actuel et futur de nos océans.

Quel sorte de futur sommes nous en train de créer ? Comment vos actions peuvent façonner notre planète ?

A savoir qu’en Indonésie les poubelles existent peu et la majorité des ordures sont brûlées ou rejetées dans la nature et finissent dans les océans.

Il y a presque un an, le coordinateur au ministère des Affaires Maritimes du pays a annoncé un investissement annuel d’un milliard de dollars afin de réduire les déchets plastiques. Le pays, qui occupe la 2ème place mondiale de la pollution marine au plastique, a pour objectif de réduire cette pollution de 70% d’ici 2025.

Si vous cherchez un moyen pratique de nous soutenir ET de protéger nos océans lors de vos plongées, nous avons conçu avec l’association “Un Océan de vie” des filets de récupération de déchets que vous pouvez retrouver sur notre boutique !

Cet article “J’aurai aimé que cette photo n’existe pas” J. Hofman est apparu en premier sur Longitude 181.