Ciné Conférence et lancement de “Le Retour de Moby Dick”

Ciné Conférence et lancement de “Le Retour de Moby Dick”
Ciné Conférence François SARANO et lancement du livre “Le Retour de Moby Dick”

“La planète des géants. La conquête des océans”

Mercredi 27 septembre – 19h30
Présentée par François SARANO
“La planète des géants. La conquête des océans” (Toutes les précisions en cliquant ici)
Projection du film :
« La planète des géants. La conquête des océans
À la rencontre des cachalots »
Réalisé par Guillaume Vincent
Une production CINE FILMS EUROPE, FRANCE 5 et FRANCE 2

Pour aller à la rencontre des géants des mers, nous allons suivre François Sarano, océanographe, ancien compagnon du commandant Cousteau.

A l’île Maurice, il plonge avec les plus grands prédateurs de la planète, les cachalots, pour tenter de percer le mystère de leur formidable réussite. Descendants d’un ancêtre mammifère terrestre, ils ont conquis les profondeurs des océans.

François va s’approcher au plus près… jusqu’à danser avec eux !

A l’occasion de cette soirée, François Sarano sera heureux de pouvoir vous dédicacer son nouveau livre dont le lancement officiel sera conjoint avec cette conférence. Venez découvrir un ouvrage passionnant et soutenir Longitude 181 :

Des précisons en boutique

Cet article Ciné Conférence François SARANO et lancement du livre “Le Retour de Moby Dick” est apparu en premier sur Longitude 181.

Ile de La Réunion, Longitude 181 pour une politique de la main tendue

Jean Bernard Galves, porte parole du collectif des associations Sea Shepherd, Aspas, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181,Sauvegarde des requins, One Voice, Tendua, Vagues, Requin Intégration lance un appel à la vérité et à l’unité de tous les amoureux de la mer :

Le scandale autour du montage financier de Cap requins est maintenant connu et l’État devra faire son propre ménage, mais il y a encore plus grave : les drum lines n’étaient pas adaptées à sécuriser les plages et c’était connu de certains porteurs du projet.
Nous avons pu consulter de très nombreux documents confidentiels ou dissimulés et ils sont explosifs. Les lignes suivantes sont tirées directement du rapport interne d’évaluation de Cap requins, tenu secret et validé par son propre conseil scientifique.

Les mots terribles parlent d’eux mêmes:

“Toutefois, les nombreuses visites de requins marqués aux alentours des dispositifs de pêche, parfois appâtés, sans qu’une capture n’ait eu lieu, tendent à montrer que l’efficacité des « smart drumlines » est largement insuffisante pour envisager de les utiliser dans une optique de « pêche de protection » telle qu’elle peut être perçue dans leur utilisation au plus proche des plages en Afrique du Sud (Cliff et Dudley, 2011) et en Australie, ou telle qu’elle a pu être envisagée au cours des 5 premiers mois du programme Caprequins,………….il apparaît ainsi que le modèle de déploiement des drumlines tel qu’il est pratiqué ailleurs dans le monde dans une optique de réduction du risque d’attaques de requins, sur le principe d’une « barrière » d’engins de pêche mis en oeuvre en continu, ne correspond pas au contexte réunionnais.”

Ceci est la véritable analyse interne de Cap requins.

Pas la version diffusée par la suite.

Le programme des drum lines de Caprequins ne servait pas à la sécurité des Réunionnais, il a été mis en place, malgré sa dangerosité, soulignée par de nombreux acteurs.

Le scandale financier qui l’accompagne pose de sérieuses questions auxquelles il appartiendra à la justice de répondre. L’État doit donc la saisir.

La pétition portée par notre collectif demande à Monsieur Nicolas Hulot, non pas de se prononcer mais de faire la vérité, juste la vérité, autour du scandale de Cap requins.
La pétition lui sera remise le 29 janvier, jour de rentrée des classes sur l’Ile de La Réunion. Elle sera accompagné d’un dossier complet concernant tous les points qu’elle a soulevés (http://petitions.seashepherd.fr/)

Les surfers ont été les premières victimes de ce scandale.

Des documents et des faits encore plus explosifs leur ont été dissimulés. On leur a menti et ils ont été mis en danger.

Sans que cela constitue un engagement d’être à nos côtés, nous les appelons et appelons leurs associations, à soutenir cette pétition. Ils peuvent aussi y ajouter les interrogations qu’ils sont en droit de se poser sur la cigüatera, les DCP , la Réserve Marine. Tout doit pouvoir être abordé sans tabous, sans insultes ni violences, avec sérénité. Tout doit pouvoir, ensuite, être vérifié de façon indépendante.

Nous ne devons pas avoir peur de la Vérité et la demander ensemble. Nous pouvons collaborer tous, quel que soit notre “usage” de l’Océan, à résoudre cette “crise bouledogue” sur des basses assainies.

La Réunion en sortira grandie et nous verrons enfin le bout de cette crise qui a désunie les amoureux de la mer.

Cet article Ile de La Réunion, Longitude 181 pour une politique de la main tendue est apparu en premier sur Longitude 181.

Ile de La Réunion, des voix s’élèvent

Mélissa Cousin et Charles Moyac (EELV) tirent la sonnette d’alarme quant à la situation de la Réserve marine.

Certains élus des conseils municipaux de mairies de la côte Réunionnaise la plus affectée par la gestion de la “crise requins” n’hésitent pas un instant à mettre de l’huile sur le feu de façon irresponsable en désignant la Réserve Marine comme un “garde manger pour les requins”. Ils usent régulièrement de leur position pour diffuser dans la presse locale des articles haineux à l’encontre des scientifiques, des associations écologistes, et,plus largement, de toute personne qui ne serait pas de leur avis.

Ils constituent à eux seuls des freins notables dans la mise en place de solutions acceptables pour tous.

Dans ce contexte tendu, il est appréciable que deux élus de l’opposition puissent faire entendre leur voix, qui est aussi celle de la majorité silencieuse qui n’use pas de son droit d’expression de peur de représailles violentes.

Et pour illustrer notre propos, vous ne pourrez plus retrouver cet article sur Imazpress Réunion, celui-ci ayant été retiré, certainement suite à des pressions virulentes… Vous pouvez néanmoins encore accéder aux articles précédents encore en ligne sur http://www.ipreunion.com/rechercher/page/1/&?keywords=melissa+cousin

Dans cette situation, il est encore plus important de connaître et de relayer le texte ci-dessous condamné par la censure locale :

“On assiste, effarés, à un véritable travail de sape de la part des élus de la Région, de Saint-Paul et de Saint-Leu”, se désole Mélissa Cousin. “On espère, sûrement vainement, que les élus reviendront à la raison et ne mettront pas la réserve en coma artificiel en lui retirant ses moyens de fonctionner”, poursuit-elle, alors que la Région a déjà annoncé qu’elle retirait ses subventions.

“Des mensonges”

La conseillère municipale d’opposition de Saint-Paul regrette que la Réserve serve de “bouc émissaire” et pointe du doigt des “mensonges et contre-vérités” : “Pour justifier le retrait des subventions, la Région argue qu’il n’y a pas le droit de pêcher le requin dans la réserve et qu’il est impossible d’en débattre au sein du GIP. Mais c’est faux”, s’indigne-t-elle. “Il y a neuf dispositifs, sept palangres dans le périmètre général et deux en zone de protection renforcée”. Elle affirme : “Nous ne sommes pas contre la pêche de requins, à condition qu’il y ait une caution scientifique et un suivi.” L’écologiste déplore d’ailleurs le discrédit jeté par certains élus sur les scientifiques, l’estimant dangereux. “Le risque est qu’en cas de grosse crise sanitaire, la population ne les écoute plus”.

Par ailleurs, alors qu’un “effet réserve” est mis en avant par certains politiques, Mélissa Cousin veut faire savoir : “12.000 heures de pêche sur 26.300 ont concerné la Réserve. Or, seules 6% des captures de requins ont eu lieu dans la réserve”. Pour elle, c’est clair, il y a véritablement “une volonté de monter la population contre la Réserve”. 

De son côté, Charles Moyac tient à rappeler que “100% des attaques ont eu lieu quand il était interdit d’aller à l’eau” et que “10 attaques mortelles ont eu lieu avant la création de la Réserve”. L’élu en profite pour souligner : “Si les requins s’approchent de nos côtes, c’est parce qu’il y a une surpêche au large qui vide l’océan en nourriture. Les squales se rapprochent car ils ne trouvent plus à manger. D’autre part, la mauvaise qualité de l’eau rejetée, qui les attire aussi, est un point primordial”.

“Un outil de clivage politique”

“Il y a une véritable défaillance de gouvernance”, résume-t-il. Le porte-parole d’EELV-Réunion dénonce ici non seulement les positions de Didier Robert, lui reprochant une manipulation de l’opinion publique, mais aussi celles du préfet, “qui se réfère à Patrick Florès, un élu agressif qui doit satisfaire ceux qui l’ont élu”, ainsi que celles du maire de Saint-Paul, “qui cherche à satisfaire la partie de son électorat qui crie le plus fort”. Il constate : “Le lobbying et la vociférations d’une partie extrémiste et non représentative des surfeurs ont fonctionné”.

“Il faut reposer correctement le débat pour mettre en place des solutions efficaces”, reprend Mélissa Cousin, regrettant que cette crise ne soit devenue un “outil de clivage politique”. L’élue tient à rappeler l’intérêt d’avoir une Réserve marine pour protéger l’écosystème. “Il y a un argument environnemental qui ne doit pas passer à la trappe sous prétexte que ça donne des boutons au président de région”, tâcle-t-elle, avant de conclure : “Il faut la préserver et il faut un suivi scientifique, car la région veut régler par la pêche ce que la pêche a déréglé à une époque en surpêchant le requin de récif”.

 

 

 

Cet article Ile de La Réunion, des voix s’élèvent est apparu en premier sur Longitude 181.

Ne rien jeter, ne rien vider, la mer commence ici…

Une mention que l’on aimerait voir dans différents lieux : Ne rien jeter, ne rien vider, la mer commence ici”…spécialement autour des  évacuations qui mènent directement à la mer,  comme les plaques  des réseaux d’évacuation d’eaux de pluies qui, dans certaines villes  se jettent directement dans la mer. Une donnée que beaucoup ne connaissent pas jusqu’ici. Gageons que ces mentions favoriseront les gestes éco-citoyens.

 Et c’est ainsi que Collioure sensibilise ses piétons en portant cette mention autour des plaques des réseaux d’évacuation  d’eaux de pluie .

L’objectif, éviter que des mégots de cigarettes, des restes de chewing-gum et même différents liquides ne finissent dans la magnifique baie de Collioure !

une initiative à consulter ci-après  et à diffuser largement ailleurs !

http://www.lindependant.fr/2017/08/15/ne-rien-jeter-ne-rien-vider-la-mer-commence-ici-collioure-sensibilise-ses-pietons,3042205.php?platform=hootsuite

Cet article Ne rien jeter, ne rien vider, la mer commence ici… est apparu en premier sur Longitude 181.

Le temps d’un bivouac avec François SARANO

Le 17 aout, sur France Inter,  dans l’émission ” Le temps d’un bivouac” de Daniel Fiévet ,  François Sarano nous a proposé une plongée hors du commun dans le royaume des cachalots.

Pour adoucir votre rentrée, nous ne pouvons que vous conseiller de ré-écouter cette émission .

Le podcast de l’émission est  ici :http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_13019.xml

Cet article Le temps d’un bivouac avec François SARANO est apparu en premier sur Longitude 181.

Scandale CAP REQUINS à La Réunion : Interpelez le Ministre !

Le scandale Cap Requins à la Réunion vient d’éclater : des fonds publics ont été distribués hors de tout cadre légal et sans contrôles pour pêcher les requins. Longitude 181 vous demande de signer la pétition demandant à M. Hulot de diligenter une enquête pour arrêter le massacre des requins indument financé.

Depuis 2012, Longitude 181 et le collectif d’associations* se battent pour faire cesser le massacre inutile des requins, orchestré par le Comité Régional des pêches de la Réunion (CRPM), avec l’aide de financements publics attribués par l’État, la Région et les communes.

Les derniers articles de presse parus soulèvent enfin le voile sur les malversations qui jalonnent les différents programmes CAP REQUIN, à l’issue d’une enquête sur les dossiers scientifiques et les rapports fournis par le CRPM, qui se révèle être à la fois juge et parti.

Longitude 181 et le collectif d’associations* lancent une pétition demandant à Nicolas Hulot, Ministre de la transition écologique de :

–       Suspendre les programmes de pêche aux requins, dits “à visée de protection”, qui ont été engagés par la France et dont rien ne montre qu’ils aient une quelconque efficacité en terme de prévention du “risque requin”. Pire, les appâtages menés près des plages ne peuvent qu’aggraver les risques en attirant les requins dans les zones de baignade.

–       Diligenter une enquête sur les conditions légales, financières et scientifiques dans lesquelles les programmes de pêche aux requins ont pu être menés, et sur l’utilisation réelle des fonds publics alloués.

Toutes les infos et le texte de la pétition se trouvent ici

Signez la pétition du collectif et diffusez-la largement !

*Collectif des associations : Longitude 181, Sea Shepherd, Aspas, Fondation Brigitte Bardot, One Voice, Requin Intégration, Sauvegarde des requins, Tendua et Vagues

 

Cet article Scandale CAP REQUINS à La Réunion : Interpelez le Ministre ! est apparu en premier sur Longitude 181.

Longitude 181 et François SARANO tout l’été sur France Bleu

Tous les jours de l’été  à 12h10 , retrouvez Fraçois SARANO dans la Série LONGITUDE 181 sur France Bleu Drôme Ardèche !

Vous avez raté les premières émisssions  ?  Podcastez les  ou récoutez les  sur cette page :

http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_17429.xml

François vous raconte  la vie à bord de la Calyps , ses  rencontres sauvages particulières,  le film Océans et biend ‘autres rubriques qui vous feront voyager et rêver .

Cet article Longitude 181 et François SARANO tout l’été sur France Bleu est apparu en premier sur Longitude 181.

La captivité des cétacés en France, bientôt du passé ? Restons vigilants…

Nous rapportions en Mai l’arrêté du 3 mai régissant les règles de fonctionnement des delphinariums : une heureuse surprise pour toutes les ONG qui ont milité jusqu’à ce jour  pour retirer les cétacés  (orques, dauphins, ..)   des bassins des delphinariums.  Mais cet arrêté a été attaqué par le lobby des parcs d’attraction devant le conseil d’Etat.

Comme l’a communiqué l’ASPAS ,Le Conseil d’État vient de rendre sa décision provisoire : l’arrêté de Ségolène Royal qui durcit les règles de détention des cétacés dans les delphinariums, soutenu par nos associations* et attaqué par le lobby des parcs d’attraction, serait bien LÉGAL. Seule l’obligation de trouver une alternative au chlore dans un délai de 6 mois a été malheureusement suspendue. Mais les principales avancées, et notamment l’interdiction de la reproduction des orques et des dauphins en captivité, doivent être appliquées jusqu’à la décision définitive du Conseil d’État qui interviendra dans quelques mois. Cette avancée historique signe, à terme, l’arrêt des delphinariums sur le territoire français.

Les détails sont à retrouver dans la communications de L’ASPAS de ce 01/08/2017.

Restons vigilants  !  … affaire à suivre pour amplifier ce mouvement à l’échelon européen voire  international (pour l’instant limité à 12 pays européens) .

Cet article La captivité des cétacés en France, bientôt du passé ? Restons vigilants… est apparu en premier sur Longitude 181.

Etudier les cétacés de Méditerranée avec Cybelle Planète

Cybelle Planète organise depuis plus de 10 ans des expéditions en Méditerranée pour aller étudier la faune du large.

Baleines, Dauphins, Tortues, Diables de mer, méduses… des protocoles scientifiques poussés sont effectués par tout l’équipage, pour mieux connaître et protéger la faune marine avec l’aide de tous. Pour participer, il n’y a pas de compétence particulière demandée, juste de la motivation ! A bord, le respect de l’environnement est indissociable de la mission scientifique: produits quotidiens et ménagers biodégradables et respectueux de l’environnement, énergies solaires et éoliennes, … pour impacter le moins possible la mer.

Cette année, Cybelle Planète organise une mission de grande envergure à travers toute la Méditerranée : Au départ de Hyères jusqu’en Grèce, le bateau naviguera dans les eaux de Sicile, de Sardaigne et de Corse. Une grande aventure entamée en Avril, qui tient pour le moment toutes ses promesses !

Les sessions durent de 10 à 15 jours, à bord d’un voilier de 45 pieds tout équipé pour accueillir dans les meilleures conditions les participants. Vous êtes intéressés ? Il reste des places à bord.

Toutes les informations concernant cette mission d’écovolontariat sont ici :

http://www.cybelle-planete.org

 

Cet article Etudier les cétacés de Méditerranée avec Cybelle Planète est apparu en premier sur Longitude 181.

sem, eget massa diam fringilla mi, risus commodo justo felis Praesent porta.