Une rentrée pas comme les autres à Sciences PO Poitiers…

Une rentrée pas comme les autres à Sciences PO Poitiers…

Le 5 septembre avait lieu la rentrée de nouvelle promotion de sciences Po Poitiers avec une leçon inaugurale particulière :  François SARANO, porte-parole de LONGITUDE 181, proposait  des réponses à la question ” pourquoi préserver l’Océan?” . Une conférence non professorale, élégante, passionée, humaniste et émouvante,  à regarder et à partager sans modération !

Nous remercions la direction de Sciences Po Poitiers pour l’opportunité d’un regard  différent sur les Océans, au travers de l’intervention de François SARANO devant les étudiants, futurs décideurs.

Prenez le temps de visionner cette leçon inaugurale  passionnante qui remet à sa place un enjeu majeur de notre futur : la préservation de nos océans. Ne parlons plus de stocks, de tonnes, de ressources, et envisageons l’océan différemment..

Vous serez conquis(e) , et  que la  contagion qui vous sera inspirée soit source de viralité dans vos réseaux !

 

https://www.youtube.com/watch?v=7euA1VagrR4

Leçon inaugurale 2019 Sciences Po Poitiers

 

Rejoignez LONGITUDE 181, Porteur de la voix de L’Océan !

Cet article Une rentrée pas comme les autres à Sciences PO Poitiers… est apparu en premier sur Longitude 181.

90 restaurations collectives ne serviront plus de requins !

90  restaurations collectives ne serviront plus de requins !

Les restaurants de 90 centres sociaux du département du Nord viennent de s’engager collectivement dans la campagne « Pas de requins dans mon assiette ». Ce sont désormais près de 10 000 repas par jour qui ne comporteront plus de requin ou de saumonette. Un grand merci à API-Restauration qui est l’origine de ces engagements !

Un engagement qui fait boule de neige !

L’histoire est simple. Le responsable du restaurant d’un centre de réadaptation professionnelle du Nord, restaurateur engagé dans le développement durable, est aussi un plongeur. Très sensible à la cause des requins, il décide de s’engager dans la campagne « Pas de requins dans mon assiette » et de ne plus servir de requin dans son restaurant. Mieux, il en parle à l’agence Lille Flandres Santé de son prestataire API-restauration. Tout de suite, la Référente Développement Durable de API-restauration est séduite par l’idée et décide de proposer aux restaurants de 90 centres sociaux du département du Nord de s’engager à leur tour.

Et voilà comment on aboutit à près de 10 000 repas par jour qui ne comporteront désormais plus de requin ou de saumonette !

Pourquoi ne pas solliciter la restauration collective de votre lieu de travail ?

Les restaurations collectives sont essentielles dans la campagne « Pas de requins dans mon assiette » : chacune sert des milliers de repas par jour. Si nous parvenons à les convaincre, ce sont autant de repas qui seront servis sans requin. Alors pourquoi ne pas solliciter la restauration de votre lieu de travail ? La cantine scolaire de vos enfants ou celle d’une maison de retraite ? Il y a certainement un endroit où vous pouvez faire un relai actif dans cette campagne.

Pas de requin dans mon assiette ? C’est ensemble que nous y parviendrons !!

Nous comptons sur vous !

 

Cet article 90 restaurations collectives ne serviront plus de requins ! est apparu en premier sur Longitude 181.

REQUIN MAKO : LA CITES VOTE LA REGULATION DE LEUR COMMERCE INTERNATIONAL

REQUIN MAKO : LA CITES VOTE LA REGULATION DE LEUR COMMERCE INTERNATIONAL

La conférence de la CITES 2019 vient de classer le requin mako ainsi que les raies guitares à son annexe II. Belle victoire de tous ceux qui ont plaidé leur cause ! Et première étape importante pour leur préservation. Désormais, le commerce international de ces espèces sera donc règlementé. En clair, on ne pourra les vendre en dehors du pays où ils ont été pêchés. Mais, attention, cela n’interdit en aucune sorte leur pêche ! C’est le point faible de cette convention internationale et l’ambiguïté de tels résultats …

 

Le 28 aout, les 180 pays réunis à Genève dans le cadre de la CITES (Convention Internationale sur le commerce des espèces menacées) ont voté l’inscription de 2 espèces de requin mako, ainsi les raies guitares (Rhinobatidae) à l’Annexe II de la CITES. Cela veut dire que le commerce international de ces 18 espèces est désormais règlementé. Il était temps car ces espèces ont quasiment disparu de Méditerranée et figurent parmi les espèces menacées ailleurs dans le monde ! Longitude 181 salue bien évidement ce premier pas, obtenu de haute lutte contre les lobbies de la pêche.

 

Mais que signifie l’inscription à l’Annexe II* de la CITES ?

En quoi cette inscription va changer l’avenir du requin mako et des raie guitares ?

Le texte de la convention est très clair :

« L’exportation (ou l’importation) d’une espèce inscrite à l’Annexe II nécessite la délivrance et la présentation préalables d’un permis (…) qui doit satisfaire aux conditions suivantes : un avis scientifique certifiant que l’introduction (ou l’exportation) ne nuit pas à la survie de l’espèce, et la preuve que l’espèce n’a pas été obtenue contre les règlements de protection en vigueur dans l’état où elle a été pêchée. »

Le commerce international est règlementé par la CITES mais la pêche n’est pas interdite

En d’autres mots, la convention limite toute transaction entre États des requins mako et des raies guitares. Elle limite aussi leur « introduction provenant de la mer » pour ceux qui ont été pêchés en haute mer, c’est-à-dire hors de la zone soumise aux règlements des États. Mais il n’est nulle part spécifié dans les textes de la CITES que ces espèces inscrites à l’Annexe II ne seront plus pêchées !! On ne parle ici que de limiter le commerce… de requins pêchés.

Saluons donc ce premier et nécessaire succès ! Mais ne baissons pas la garde, car les requins mako et les raies guitares ne sont toujours pas protégés…

Rejoignez le programme « Pas de requin dans mon assiette » !

 

*Définition de l’Annexe II : C’est la liste des espèces qui, bien que n’étant pas nécessairement menacées actuellement d’extinction, pourraient le devenir si le commerce des spécimens de ces espèces n’était pas soumis à une réglementation stricte ayant pour but d’éviter une exploitation incompatible avec leur survie.

 

Cet article REQUIN MAKO : LA CITES VOTE LA REGULATION DE LEUR COMMERCE INTERNATIONAL est apparu en premier sur Longitude 181.