Déchets autour de vous, même confinés ne soyez pas complices, soyez L181 !

Déchets autour de vous, même confinés ne soyez pas complices, soyez L181 !

Moins d’humains qui envahissent l’espace terrestre, un bien pour l’environnement ? Beaucoup se posent la question, mais bon nombre aussi, mettent sur pause leur conscience écologique…serait-elle aussi victime du confinement ? Si briser le confinement est un délit, jeter ses déchets dans la nature le reste aussi, alors ne soyons pas complices, continuons de lutter ! Ramassons !

Comment rendre encore plus beau ce qui nous entoure ?

Depuis le début des mesures de confinement, on ne cesse de vanter ses bienfaits sur notre environnement proche comme lointain. Dégringolade de la pollution atmosphérique des grands villes, des étoiles qui réapparaissent dans la nuit, des oiseaux dont ont perçoit à nouveau le chant en ville, des parfums printaniers qui chatouillent les narines non contaminées….

Oui, il n’est pas interdit de se déplacer à l’extérieur en respectant la loi. Alors pourquoi ne pas en profiter pour faire encore mieux, pour passer ce temps qui nous semble si long, si nous ne sommes pas “sur le front” pour reprendre les expressions en vogue ?

Voyez ce qu’une sortie d’une heure à 1 km de chez soi, seul, à pieds, peut récolter comme déchets en bord immédiat d’une petite route de campagne !

Quand on pense que ceci est le produit des quelques personnes, rares, qui ont parcouru le même trajet que moi, comment peut on espérer que les mentalités aient changées à la sortie du confinement ?

Alors restons mobilisés et continuons de lutter contre ces déchets sauvages (en se protégeant pour ramasser, bien entendu), qui sont aussi une atteinte permanente à la sécurité sanitaire de toutes les espèces de cette petite planète bleue. Rien ne peut nous servir d’excuse pour être complice, pas même le confinement.

Par contre, si nous sommes suffisamment nombreux, peut être avons nous une chance de l’être plus que les pollueurs dans cette période particulière et d’avoir une occasion unique de montrer à tous combien un environnement débarrassé de ces déchets peut, lui aussi, être très agréable à redécouvrir.

 

 

Patrice BUREAU

Président de L181

Rejoignez LONGITUDE 181, Porteur de la voix de L’Océan !

 

 

Découvrez le monde marin … de votre canapé !

Découvrez le monde marin … de votre canapé !

Les journées vous semblent un peu longues ? Envie de nature et d’océans ? Longitude 181 vous propose quelques activités pour découvrir les océans et vous occuper pendant cette période de confinement !

A la découverte des dauphins et des cachalots …

Vous vous demandez comment approcher et découvrir les dauphins ? Vous souhaitez en apprendre plus sur les cachalots ? Ou vous vous interrogez sur les impacts du covid-19 sur l’écologie ? C’est l’heure de découvrir (ou de rattraper) votre radio magazine à podcaster ! Ecoutez les témoignages de François Sarano, Nathalie Lasselin, Jacques Perrin et de nombreuses autres personnalités impliquées dans le monde marin.

François, raconte nous une histoire …

(Re)Découvrez les conférences de François Sarano sur notre chaîne Youtube LONGITUDE 181 ! Apprenez-en plus sur son parcours et les buts et actions de Longitude 181, débattez avec François Sarano lors de la Journée des Océans ou écoutez son intervention « Océan : à la rencontre de la vie sauvage des fonds marins » pour l’émission la Tête au Carré sur France Inter !

Vous en demandez encore ?

L’organisation Manta Trust, en partenariat avec Longitude 181 pour la version française, vous propose de partir à la rencontre respectueuse des raies Manta.

Un Océan de Vie vous propose un film regroupant les 60 épisodes d’un Océan de Vie. Une manière ludique de plonger au cœur des mers et des océans, à la rencontre de leurs habitants !

Bientôt une Newsletter spéciale Ocean Academy pour occuper petits et grands … Restez connectés ! 

Prenez soin de vous et de vos proches et des autres. Et bonne plongée Longitudinienne !

Pour nous rejoindre et nous soutenir c’est par ici !

Ceci n’est pas un poisson d’avril : Le Préfet de La Réunion ne respecte pas l’état d’urgence sanitaire !

Ceci n’est pas un poisson d’avril : Le Préfet de La Réunion ne respecte pas l’état d’urgence sanitaire !

Alors que sur l’Ile de La Réunion, comme en métropole et dans l’ensemble de nos Territoires Ultramarins, le confinement est la règle et l’État d’Urgence Sanitaire établi par décret, le Préfet local continue d’autoriser le massacre des requins dans le cadre de la “pêche préventive” !

Un poisson d’avril ?

Nous souhaiterions qu’il en soit ainsi, malheureusement ce n’est pas le cas. A l’heure où toutes les activités nautiques sont proscrites pour cause de confinement, que seules sont autorisées les activités indispensables à la vie de la Nation, les palangres verticales et horizontales permettant la capture et la mise à mort des requins ciblés, Bouledogues et Tigres, continuent de fonctionner.

Quelles sont les prises ?

Est-il utile de rappeler que 80% des prises de ces palangres sont des “prises accessoires” censées être relâchées ? Que certaines font partie d’espèces menacées ? Et que ces dispositifs participent activement à la dégradation rapide de la biodiversité locale ? Pour parachever le tout, les captures ciblées, en ce moment, concernent très majoritairement des requins tigres, alors qu’ils n’ont été que très minoritairement impliqués dans des accidents depuis 2011. L’État, au travers des erreurs de son administration locale, continue donc à déséquilibrer volontairement le fragile équilibre océanique de cette zone.

Les préfets sont-ils donc au-dessus des lois ?

Les références d’articles qui reprennent ce sujet :

https://www.facebook.com/antipecherequins974/posts/2883381728405525?

https://www.facebook.com/antipecherequins974/posts/288807557126474

http://www.info-requin.re/IMG/pdf/synthese_33_-_decembre_2019.pdf

 

Patrice BUREAU

Président de L181

Ceci n’est pas un poisson d’avril ! Le Préfet de La Réunion ne respecte pas l’état d’urgence sanitaire !

Ceci n’est pas un poisson d’avril ! Le Préfet de La Réunion ne respecte pas l’état d’urgence sanitaire !

Alors que sur l’Ile de La Réunion, comme en Métropole et dans l’ensemble de nos Territoires Ultramarins, le confinement est la règle et l’Etat d’Urgence Sanitaire établi par Décret, Le Préfet local continue d’autoriser le massacre des requins dans le cadre de la “pêche préventive” !

Un poisson d’avril ?

Nous souhaiterions qu’il en soit ainsi, malheureusement ce n’est pas le cas. A l’heure où toutes les activités nautiques sont proscrites pour cause de confinement, que seules sont autorisées les activités indispensables à la vie de la Nation, les palangres verticales et horizontales permettant la capture et la mise à mort des requins ciblés, Bouledogues et Tigres, continuent de fonctionner.

Quelles sont les prises ?

Est il utile de rappeler que 80% des prises de ces palangres sont des “prises accessoires” censées être relâchées, que certaines font partie d’espèces menacées, et que ces dispositifs participent activement à la dégradation rapide de la biodiversité locale. Pour parachever le tout, les captures ciblées, en ce moment, concerne très majoritairement des requins tigres, alors qu’ils n’ont été que très minoritairement impliqués dans des accidents depuis 2011. L’Etat, au travers des erreurs de son administration locale, continue donc à déséquilibrer volontairement le fragile équilibre océanique de cette zone.

Les préfets sont ils donc au dessus des lois ?

Les références d’articles qui reprennent ce sujet :

https://www.facebook.com/antipecherequins974/posts/2883381728405525?

https://www.facebook.com/antipecherequins974/posts/288807557126474

http://www.info-requin.re/IMG/pdf/synthese_33_-_decembre_2019.pdf

Plongée…dans les archives ! …retour sur le FIGARO MAGAZINE du Samedi 25 Mars 1995 :

Plongée…dans les archives ! …retour sur le FIGARO MAGAZINE du Samedi 25 Mars 1995 :

C’était  il y a 25 ans …LE FIGARO MAGAZINE du Samedi 25 Mars 1995 titrait :

 

 

 

Oui, les passeurs de passions font des lignées diverses et variées, toutes empreintes de la même passion des Océans.
Ces passeurs de passion qui, de génération en génération, transmettent le plaisir de plonger et de rencontrer la vie sauvage, ont tous pu le faire grâce aux “Mousquemers”, à l’origine de nos turpitudes et agitations sous- sous-marines : Frédéric Dumas, Philippe Tailliez, et bien sur Jacques-Yves Cousteau qui porta internationalement la cause des Océans. A ses cotés , pendant 13 ans, un jeune docteur en océanographie et biologiste : François SARANO… Un passage de passion déjà intergénérationnel !

Mission cachalots 2020 : que de péripéties !

Mission cachalots 2020 : que de péripéties !

Entre cyclone, conditions de plongée mitigées et confinement, la mission cachalots 2020 (Longitude 181/ MMCO/ Un Océan de Vie) ne fut pas de tout repos et a dû être écourtée. Malgré tout, de beaux résultats et plein de nouvelles questions sur les cachalots du clan de Irène gueule tordue … !

Un départ compromis avec le covid-19, le cyclone Hérold, une faible visibilité sous l’eau et finalement le confinement pour la sécurité de tous… Cette année, la partie terrain du programme « La voix des cachalots » fut pleine de rebondissements ! Néanmoins de beaux points positifs sur lesquels nous pouvons désormais plancher !

Quelques nouvelles du clan d’Irène Gueule Tordue

Équipe Longitude 181 – Mission 2020.

Cette année, tous les membres du clan ont été identifiés, à l’exception de Déline et Swastee qui se font souvent plus discrètes. Elliot et Tache Blanche (2 mâles adolescents de 9 ans) sont toujours présents au sein du groupe, cependant il semble que leurs « clics » ressemblent de plus en plus à des « clangs » de grand mâle. De plus, la séparation du clan de Irène en deux sous-groupes, celui de Irène et celui de Vanessa, semble se confirmer.

Germine, la baby-sitter mais pas que …

Interaction entre Zoé et son demi-frère Alexander.

Germine continue à jouer le rôle de baby-sitter dans le sous-groupe de Irène. Zoé, qui a maintenant 6 ans, semble jouer elle aussi le rôle de baby-sitter dans le sous-groupe de Vanessa. On la voit souvent s’occuper de son petit demi-frère Alexander… mais cela reste à confirmer. 

De nombreux résultats à venir !

Chesna caudale - Mission cachalots 2020

La nageoire caudale de Chesna a cicatrisé en faisant un gros bourrelet.

Comme chaque année, les cartes d’identité ont été réactualisées à l’aide des nouveaux signes distinctifs qui ont été observés sur chaque individu. En revanche en ce début d’année, aucune naissance a priori… peut être pour la fin du printemps ? Il faut maintenant analyser tous les enregistrements sonores et vidéos (même si nous avons eu peu de temps d’enregistrement pour les sons) : promesses à venir d’un compte rendu plus détaillé !

 

Merci encore à Navin Boodhoonee, Axel Preud’homme, Hugues Vitry (MMCO), et à René Heuzey (Un Océan de vie). Pour nous soutenir et continuer à en apprendre plus sur le clan, c’est par ici !

En cette période particulière, prenez soin de vous, de vos proches et des autres.

« Tout est lié sur notre petite planète bleue. Chacun de nous est parcelle de Nature et nous sommes tous sur le même bateau … »François Sarano.

Van Gogh et le vieux mérou, ou le prix de la biodiversité –

Van Gogh et le vieux mérou, ou le prix de la biodiversité –

Quelle est la différence entre un tableau de maître et un vieux mérou qui rôde paisiblement dans les calanques ? Aucune. C’est ce que vient de rappeler, aux dépens de braconniers et de restaurateurs indélicats de la région de Marseille, la chambre correctionnelle du Tribunal judiciaire dans un jugement prononcé le 6 mars dernier. Nous avons collectivement toutes les raisons de nous en féliciter.

(le jugement complet est ICI  :https://www.longitude181.org/wp-content/uploads/2020/03/jugement060320pdf.pdf   L’analyse qui en est faite  est réalisée par un juriste du programme Droits de l’Océan  de LONGITUDE 181)

Quel était l’origine du préjudice?

Représenté par Me Sébastien Mabile, le Parc des Calanques sollicitait que le préjudice écologique causé au patrimoine marin, dont il a la charge, par la pêche illégale d’oursins, de poulpes et de poissons soit réparé par des pêcheurs fautifs, des passionnés d’apnée qui pendant plus de quatre ans ont chassé au harpon, de nuit, des mérous, oursins et poulpes.

La réparation du préjudice écologique reconnue à la suite du naufrage de l’Erika est en effet inscrite depuis 2016 dans le Code civil aux articles 1386-19 et suivants. Mais ce qu’il faut relever, c’est que le Parc des Calanques fondait sa demande en réparation au titre du préjudice écologique uniquement sur les atteintes causées aux éléments ou aux fonctions des écosystèmes.

Il ne s’agit plus de rapporter la preuve du préjudice causé à la collectivité par l’atteinte à des ressources communes; il s’agit d’évaluer l’impact sur l’écosystème et lui attribuer un prix, certes à des fins dissuasives, mais un prix quand même.

Le jugement rendu par le Tribunal judiciaire de Marseille doit être remarqué,  non pas seulement parce qu’il va condamner les quatre principaux responsables à plus de 350 000.00 Euros de dommages-intérêts, mais parce qu’il prononce cette condamnation au titre du préjudice écologique causé à l’écosystème des calanques.

Cette condamnation est un signal très fort, avec une vocation pédagogique pour tous les acteurs à Marseille“, s’est félicité l’avocat du parc, Me Sébastien Mabile, ajoutant que depuis son inscription dans la loi en 2016, le “préjudice écologique” n’avait été “retenu que dans deux affaires en France, de moindre ampleur

 

Comment les dommages-intérêts ont ils été calculés ?

Pour ce faire, le jugement procède à une évaluation de l’appauvrissement de la biomasse en appliquant aux espèces pêchées des coefficients trophiques; c’est-à-dire des coefficients fondés sur la masse nutritionnelle requise en amont pour permettre à l’espèce pêchée d’atteindre sa propre masse. Ainsi, le mérou, par exemple, espèce prédatrice, a un coefficient trophique de 1 sur 10, car il lui faut environ 10kg de nutriments pour former un kilo de matière. De ce fait, pêcher un mérou d’une masse de 30kg revient à prélever l’équivalent trophique de 300kg.

Ainsi, l’impact sur la biomasse des calanques au cours de trois années de pêche pour les quatre protagonistes est évalué à 194.046 oursins, 289kg de poulpes et près de 45 tonnes de poissons. Cela donne le frisson quand on sait que les quatre pêcheurs français poursuivis ne représentent qu’une infime partie des activités de pêche illégale sur notre littoral.

Le jugement procède ensuite à une évaluation du coût nécessaire pour régénérer l’écosystème en fonction de la biomasse prélevée uniquement sur la zone côtière des calanques. Et là, on s’aperçoit que pour récupérer la biomasse prélevée uniquement sur la zone des calanques il faudra régénérer l’équivalent de près de 70 hectares, soit un coût de plus de 350.000 Euros en prenant en compte le coût supporté par le Parc des Calanques pour la conservation du parc par hectare.

Un  Jugement  qui remet la biodiversité et  la vie en priorité 

Il y a des trésors sous la surface de la mer et certainement des chefs-d’œuvre de la nature qui valent autant qu’un tableau de maître, ne serait-ce que parce qu’ils n’ont pas de prix et que leur valeur réelle n’est certainement pas celle du kilogramme chez l’écailler.

Le Tribunal judiciaire de Marseille vient de contribuer à rappeler que la valeur de la biodiversité n’est pas un prix fixé par le marché de l’offre et de la demande, mais celui de la nécessité la plus absolue, celui de la vie demain.

Cette décision mérite d’être suivie, car elle rappelle que l’atteinte à l’écosystème dans lequel nous vivons ne peut plus se justifier en fonction du prix du marché.

Les références d’articles qui reprennent ce sujet :

https://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/marseille-des-braconniers-des-mers-doivent-payer-385-000-euros-de-prejudice-ecologique_2120222.html

 https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/11/08/le-parc-national-des-calanques-demande-450-000-euros-contre-des-braconniers-pour-prejudice-ecologique_6018540_3244.html

 

La Terre au Carré avec François SARANO – France Inter – 11 Mars 2020

La Terre au Carré avec François SARANO – France Inter – 11 Mars 2020

François SARANO était l’invité de l’émisssion ” La terrre au carré” sur France Inter le 11 Mars  avec pour thème “Océan : à la rencontre de la vie sauvage des fonds marins”.A retrouver ici https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-11-mars-2020 et enpodcast : http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_10212.xml

Un extrait ?

 

 

François Sarano est océanographe et plongeur, son ouvrage “Réconcilier les hommes avec la vie sauvage” est une ode aux espèces emblématiques des fonds marins. Il raconte ses rencontres et les moments d’émotions vécus avec ces animaux fascinants et invoque la bienveillance à l’égard de ce vivant.

 

Le livre de françois est dans notre boutique : ICI 

Livre « François Sarano Réconcilier les hommes avec la vie sauvage » Coralie Schaub

 

La Voix des Cachalots : sur le départ pour la mission 2020 !

La Voix des Cachalots : sur le départ pour la mission 2020 !

Ce 13 mars 2020, l’équipe Longitude 181 repart sur le terrain pour étudier les cachalots de l’Ile Maurice. L’occasion de faire un point sur les attentes de cette nouvelle mission

La première mission 2020 du programme scientifique « La Voix des Cachalots » de Longitude 181 débutera ce 13 mars. L’équipe de François et Véronique Sarano retrouvera sur place Hugues Vitry et Axel Preud’homme (Marine Megafauna Conservation Organisation) ainsi que René Heuzey (Un Océan de Vie). Voici nos objectifs pour cette mission 2020 !

Nous avons réalisé une carte d’identité pour chaque cachalot rencontré, en pointant toutes les petites cicatrices et les tâches claires qui permettent de le reconnaître facilement. La fiche indique aussi les années où l’a rencontré et les liens connus qu’il a avec les autres cachalots du clan. Ici, c’est celle d’Adélie, femelle adulte, mère de Eliot, et que l’on rencontre toutes les années depuis 2011.

Identifier les nouveaux arrivants !

100 cartes d’identité ont pu être créées depuis 2015. Elles comprennent les 17 femelles adultes et les 11 juvéniles du clan d’Irène Gueule Tordue. Pour ce mois de mars, l’objectif est d’analyser la dynamique du groupe, d’identifier et de répertorier les nouveau-nés (s’il y en a eu) ainsi que d’observer si le groupe continue à se scinder en deux, comme nous l’observons depuis 2 ans.

Pas un mais deux types de nounous !

En ce qui concerne l’étude comportementale, les attentes sur le terrain sont de mieux comprendre le rôle de Germine, la baby-sitter, autour de qui le clan semble se structurer, mais également de préciser la place des nounous allaitantes au sein du clan. Plus nous aurons de vidéos à analyser, plus nous en apprendrons sur la vie des cachalots et comment ils interagissent entre eux et avec nous.

L’équipe d’analyse génétique nous accompagne !

En effet, la grande nouveauté de cette mission 2020 c’est la présence des équipes scientifiques qui travaillent sur les données récoltées en mer. Ainsi Justine Girardet qui travaille sur l’étude génétique et l’arbre généalogique du clan d’Irène avec Jean-Luc Jung. Les objectifs sont de récupérer le maximum de squames afin d’effectuer des analyses génétiques et de confirmer les liens de parentés au sein du clan de Irène. On cherchera aussi à trouver de nouveaux liens avec les cachalots des autres clans et les grands mâles.

Et la communication dans tout ça ?

L’équipe de bio-acousticiens de Hervé Glotin sera aussi à bord avec un nouvel enregistreur Jason à … 5 micros afin de mieux déterminer d’où viennent les clics enregistrés. Grâce au processeur créé par l’équipe, il est désormais possible d’associer un son à un individu , et donc de rechercher sa signature acoustique individuelle. On pourra aussi associer un son à un comportement spécifique. Cela permettra d’approfondir notre étude sur le dialecte du clan ainsi que sur les codas, outil de communication essentiel au sein du groupe !

Merci à vous de nous permettre de continuer nos découvertes autour de cette espèce incroyable qui est un véritable exemple de préservation réussie !
Pour nous soutenir et continuer à en apprendre plus sur le clan, c’est par ici.

N’hésitez pas à nous rejoindre !

Assemblée Générale LONGITUDE 181 : un bilan 2019 positif et des projets pour 2020 !

Assemblée Générale LONGITUDE 181 : un bilan 2019 positif et des projets pour 2020 !

L’Assemblée Générale 2019 a eu lieu le samedi 29 Février 2020. Un bilan 2019 très positif, avec de nombreuses avancées et des changements dans nos programmes,  le tout avec des développements planifiés pour 2020  ! Découvrez tout ce que votre contribution a permis de réaliser !

L’Assemblée Générale Ordinaire , ainsi que l’Assemblée Générale Extraordinaire de l’association se sont tenues le Samedi 29 Février 2020,  à la Maison des Bénévoles du Sport Drôme-Ardèche, à Valence (salle mise à disposition par le CODEP 26/07 FFESSM, que nous remercions ici).

Nous remercions les nombreuses personnes qui se sont déplacées, ou qui ont envoyé leur procuration.

L’Assemblée Générale a été suivie d’une conférence donnée par François SARANO, qui a permis de découvrir les dernières découvertes et avancées  du programme Cachalots

 

Patrice Bureau, président, et Daniel Kupka, secrétaire général, ont présenté  le Bilan et le Rapport moral de l’année 2019. Bilan et rapport ont été votés et approuvés, ainsi que le Rapport financier de l’année 2019. Le renouvellement du Conseil d’administration a eu lieu également, suivi le 1er Mars d’un remaniement du bureau. L’Assemblée Générale Extraordinaire, quant à elle,   n’ayant pas réuni le quorum nécessaire au vote  n’a pu statué sur la révision des statuts qui était à son agenda.Une nouvelle convocation aux adhérents sera envoyée dans les semaines à venir.

L’année 2019 aura été, une fois de plus  une année très riche en événements, en progressions dans tous les domaines,  grâce à vous, à votre participation, à votre soutien indéfectible !

Pour découvrir en détail le bilan, les progressions, les chiffres, le nouveau conseil d’administration et les projets 2020,

c’est ici :  Procès-verbaux de  l’Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire du 29 Février 2020

 

Rejoignez LONGITUDE 181, Porteur de la voix de L’Océan !